Aucune accusation en lien avec de la violence conjugale envers Martin Cardinal

Martin Cardinal n’a en aucun temps fait usage de violence envers sa conjointe et ses enfants.

Le juge Bertrand St-Arnaud a remis en liberté sous conditions, le mercredi 18 juillet au palais de justice de Valleyfield, Martin Cardinal.

Dès son arrivée dans le box des accusés, Martin Cardinal a été avisé par le magistrat qu’il allait pouvoir retrouver sa liberté. Accusé de harcèlement et de méfait, il est important de souligner que même s’il s’agit d’un événement relatif à la violence conjugale, que l’homme de 44 ans n’a jamais fait usage de violence physique envers son ancienne conjointe, de même que sur ses enfants.

L’avocat de Martin Cardinal, Me Guy Lalonde, avec qui nous nous sommes entretenu, a indiqué au magistrat les raisons pour lesquelles son client avait été détenu. «Il y a eu objection de remise en liberté de mon client par la couronne, explique le juriste d’expérience. Il est question d’accusation sommaire et M. Cardinal n’a aucun antécédent judiciaire. La couronne a demandé à le garder détenu pour s’assurer qu’il ait un suivi avec son médecin.

Le 16 juillet, une querelle aurait éclaté entre l’accusé et son ancienne conjointe. «Le couple est en séparation, ajoute Me Lalonde. Lorsque la présumée victime a contacté les policiers, ce n’était pas pour faire arrêter M. Cardinal. Elle l’a même dit aux agents qu’il n’était pas question de violence conjugale.»

Les conditions de remise en liberté de Martin Cardinal sont relativement simples. Il ne peut être en présence de son ancienne conjointe, de garder la paix et de poursuivre ses rendez-vous médicaux.

Puisqu’il désire conclure rapidement ce dossier, Me Lalonde a demandé que la prochaine date de comparution en soit une rapprochée. La cause revient devant la Cour le 22 août prochain à 9 h 30. 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
En savoir plus
PUBLICITÉ