V pour : Voir loin et plus grand

Ils sont de plus en plus nombreux à arborer le V.
Ils sont de plus en plus nombreux
à arborer le V.

Une marque de vêtements de sport voit le jour à Vaudreuil-Dorion

Jonathan Martel est un amateur de sports. Il est un gars d’équipe qui s’est entouré d’une belle bande d’amis. Et il a l’esprit entrepreneurial. Il est l’homme derrière VNation.

Jonathan Martel est dans le début de la vingtaine, mais déjà il voit loin. Le V, il l’a tatoué sur le cœur. « Ça a commencé avec la horde de Vikings. Moi et Louis-Michel Dubreuil, nous voulions encourager l’équipe de football du Noir et Or au Collège de Valleyfield. Nous avons trouvé des vêtements noir et or, puis nous nous sommes déguisés. Nous avons fait la saison. Puis les Vikings ont poursuivi en allant encourager Dan Walcott, un gars d’ici qui joue pour l’Armada de Blainville-Boisbriand dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. La fille du marketing nous a placés dans la première rangée et plein de gens ont pris des photos. Pour la première rencontre, nous étions quatre. Le match suivant nous étions une trentaine. Par la suite, nous nous sommes rendus à 80 Vikings pour encourager l’équipe et Dan. Joël Bouchard de l’Armada a loué des autobus pour notre déplacement de Vaudreuil-Dorion à Blainville », explique Jonathan Martel.

La machine était lancée. « Nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire de plus. La Fed Cup s’en venait et nous voulions encourager Eugénie Bouchard. Le Canada jouait contre la Serbie. Eugène Lapierre de Tennis Canada est persuadé que Wozniak l’a emporté grâce à nous. Les filles de la Serbie, loin de nous en vouloir, ont insisté pour prendre des photos avec nous », rigole le jeune qui voyait déjà se profiler la prochaine étape.

Les Vikings ont envahi les estrades à Blainville-Boisbriand.
Les Vikings ont envahi les estrades à Blainville-Boisbriand.

Habiller les athlètes

L’idée d’encourager les athlètes québécois venait de prendre une nouvelle tangente. Martel a vu le potentiel marketing. « Sur ce plan, c’était bien et le synchronisme était parfait. J’ai joint un membre de ma famille, mon parrain, qui a dessiné le logo de la VNation. Je me disais qu’une compagnie québécoise pouvait habiller les athlètes d’ici », explique celui qui ne désire pas confronter Nike ou Under Armour. « Mais je m’en sers comme inspiration. C’est parti de quelque part », mentionne Martel qui a étudié en gestion du commerce et qui a rédigé un plan d’affaires. Après six mois, il avait atteint ses objectifs fixés pour la troisième année.

Un « hoodie » de qualité

Le premier produit offert était un chandail de type « hoodie ». Un sweat à capuche. « Ils sont de qualité. Ils sont beaux et peu dispendieux », plaide l’entrepreneur. Facebook a permis de faire connaître la marque et en a fait un produit coqueluche. Ils ont été des centaines dans Vaudreuil-Soulanges à vouloir porter le « hoodie » VNation. Alex Burrows des Canucks de Vancouver, Pat Bordeleau de l’Avalanche du Colorado et Dan Walcott avaient leur « hoodie ». Plusieurs voulaient en faire autant.

Dorénavant, Martel veut aller plus loin. « Les possibilités sont grandes. Je suis maintenant associé à des équipes de baseball, des écoles secondaires, au club de boxe de Francis Lafrenière à Saint-Clet, au Collège de Valleyfield, à des universités. Mais je veux également faire attention. Actuellement, je ne fais pas de profit. Je bâtis mon expérience. Ça fonctionne bien et ça se propage. Je ne veux pas tirer dans toutes les directions et me faire avoir », lance celui qui a conservé pour l’été un poste d’animateur jeunesse dans un camp de jour. Pour s’assurer d’un salaire.

Et ils sont devenus des partisans incontournables pour l’Armada.
Et ils sont devenus des partisans incontournables pour l’Armada.

De gros noms

S’il dit en être rendu là, il partage son succès avec ses camarades et sa famille. Des gens qui l’ont appuyé. « Je ne serais pas là sans mes « boys ». Je suis fier d’être avec eux. D’être de la VNation. Il y a aussi mes parents qui m’appuient et qui croient en moi. Maintenant je veux que les gens embarquent en grand nombre », lance Jonathan Martel.

En ce sens, il cherche toujours de gros noms pour s’associer au produit. Des athlètes professionnels et prometteurs qui voudraient promouvoir le logo en portant des vêtements de la marque. Aux dernières nouvelles, six joueurs de la Ligue nationale de hockey souhaitaient se procurer des vêtements VNation pour la saison qui débute dans un peu plus d’un mois. Les négociations sont en cours. « Dès que ça se confirme, nous pourrons diffuser les belles nouvelles », dit le jeune homme qui se targue d’être persévérant et enjoué.

Ainsi, il sera possible de voir de plus en plus de chandails ou de vêtements ornés d’un V de la VNation. Encore mieux, il est possible de s’en procurer et de faire partie de la Nation. On retrouve les coordonnées du groupe sur Facebook.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
En savoir plus
PUBLICITÉ