Révolution à Saint-Lazare

Même si ça doit prendre deux ans, le groupe d’investisseurs est confiant de son plan d’affaires.

Les Mustangs de Vaudreuil-Dorion, récemment devenus le Révolution de Saint-Lazare, connaissent un vent de changement. Après avoir changé de propriétaires, d’adresse et de nom, le président aux opérations hockey, Dustin Traylen, assure que c’est une toute nouvelle identité qui attend le nouveau club.

« Je ne sais pas comment l’équipe se comportait avant, mais ça va changer », garantit-il. Les nouveaux propriétaires souhaitent sortir l’équipe du fond du classement. Sans toutefois rebâtir de A à Z, le groupe d’actionnaires possède sa vision, son éthique et il gardera les                                                                                          joueurs qui partagent cette philosophie.

Les joueurs qui s’allieront au Révolution sont des collégiens en fin de parcours, en conséquence, celui qui a été sacré entraîneur-chef de l’année dans la Central Canadian Hockey Ligue en 2016 a des attentes claires envers les hockeyeurs : « Ce n’est pas juste jouer au hockey, jouer pour le Révolution ça va être un job ».

A.J Plant, l’un des propriétaires,  tout comme Dustin, ont l’habitude d’être couronnés à la fin de la saison. Avant de parler de futures victoires où encore défaites du club, ils souhaitent leur faire part de leurs réussites et comment ils y sont parvenus, histoire d’inspirer les jeunes, un peu à l’image de Vince Lombardi lorsqu’il a mené les Packers de Green Bay à la conquête de deux Super Bowl.

Les nouveaux propriétaires viennent révolutionner l’équipe, mais également la ligue, le Révolution, ça le dit dans le nom. « On va faire partie des premiers, si on n’est pas les premiers à orienter les joueurs vers la NCAA. Au Québec, les voies pour rentrer dans le circuit américain ne sont pas connues, on va agir en tant que guides », a soulevé Dustin Traylen, expliquant qu’il pratique le même cheminement avec ses joueurs dans la CCHL. Lui-même est l’un des seuls joueurs à avoir évolué dans les deux circuits.

La fin à Vaudreuil-Dorion

Le contrat liant l’équipe à la Ville venait de s’achever. Pour le maire, Guy Pilon, l’heure était aux décisions. Les heures de glace sont manquantes pour les organismes. En ce qui a trait aux Mustangs, le hic représentait le temps exigé pour les pratiques et les rencontres.

« On se sentait plus mal de dire au revoir aux plus jeunes, donc ce sont les Mustangs qui ont écopé. Avoir eu la chance, on les aurait gardés à Vaudreuil-Dorion c’est sûr », a-t-il fait mention, précisant que l’équipe déménage dans la ville voisine, donc rien de trop loin pour les partisans.

S’impliquer dans le communautaire

Le groupe d’actionnaires a un plan bien clair en tête : donner à la communauté. « Qu’on fasse de l’argent ou pas avec le club, ça ne nous dérange pas. On veut créer quelque chose à l’image de Saint-Lazare », a avancé A .J Plant. Le Révolution de Saint-Lazare s’inspirera de la culture sportive américaine. Le sport devient une sorte de religion, de lieu de rassemblement.

Dustin Traylen abonde en ce sens. Selon lui, lorsqu’une équipe est située dans une petite ville, c’est important de donner un bon spectacle, mais surtout de s’impliquer dans la vie commune. Ça crée des liens avec les citoyens tout en gagnant de la visibilité. « On veut faire partie de la communauté et nous sommes heureux qu’elle nous accueille », a conclu le président aux opérations du hockey.

Un accueil à bras ouverts

La venue d’un nouveau club sportif n’entraîne que du bon selon le maire de la nouvelle ville hôte, Robert Grimaudo. « C’est positif pour la ville, l’aréna et pour le monde du sport », a-t-il lancé. Pour les plus jeunes, les joueurs du Revolution vont devenir en quelque sorte des exemples à suivre, des idoles.

« C’est tout nouveau, tout beau », a rigolé le maire. Il compte bien amener de cette nouvelle au conseil ce mardi. Même si les discussions entourant le Révolution n’ont pas encore débuté, Robert Grimaudo espère bien organiser une fête pour inaugurer leur nouveau départ.

Le groupe d’actionnaires rassemble Vincent Detillieux, A.J. Plant et Lyanna Bravo (la conjointe de Dustin). Pour eux, l’achat des Mustangs représentait une opportunité en or de s’impliquer davantage dans le monde du hockey et des jeunes.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *