Prince est couronné – Jeux du Québec de Montréal

Le drapeau du Sud-Ouest sera porté par Prince lors de la cérémonie de fermeture lundi soir.
Le drapeau du Sud-Ouest sera porté bien haut par Prince Nkurunziza lors de la cérémonie de fermeture lundi soir. Le jeune repart de Montréal avec quatre médailles. (Photo Yanick Michaud)

Prince Nkurunziza a survolé la piste des Jeux du Québec de Montréal en remportant quatre médailles sous les couleurs du Sud-Ouest, lors de sa première participation.

Le jeune athlète de 14 ans a choisi l’athlétisme il y a seulement cinq mois. Il délaisse le basketball et rejoins l’équipe du Club d’athlétisme de Vaudreuil-Dorion ou il entreprend son entraînement de coureur de demi-fond avec Claude David et son équipe. « C’est certain que je serai aux Jeux tant et aussi longtemps que j’aurai l’âge pour être ici. Je suis bon en athlétisme et je veux continuer à m’améliorer. Je suis impatient de poursuivre mon cheminement », a lancé le jeune athlète à l’issue de son 800 m au relais medley ou il a permis au Sud-Ouest de remporter l’argent.

Nkurunziza a également mis la main sur l’or au 2000 m, ainsi que l’argent aux 800 et 1200 m chez les cadets. Il a si bien fait, qu’il a été choisi comme porte-drapeau de la délégation pour la cérémonie de clôture des Jeux se déroulant au Stade olympique de Montréal lundi soir.

Une forte inspiration

Prince est dans une grande lignée de coureurs. Son oncle, Dieudonné Kwizera a participé aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 ou il a porté les couleurs du Burundi. « Ce furent les premiers et les derniers Jeux pour moi. Parce que lorsque j’étais au sommet de ma carrière, en 1988, j’ai dû me battre pour obtenir mon droit de courir, parce qu’il n’y avait pas de comité national olympique au Burundi. J’ai négocié avec le CIO ma reconnaissance, pour pouvoir courir. Ça a été une longue bataille », a dit celui qui se considère un battant, comme Prince. « Je pense qu’à son âge, c’est difficile de choisir un sport. On a le talent, mais on ne sait pas où s’orienter. Moi-même, j’ai joué au basketball, au handball, au volleyball, et à la fin de l’école secondaire, c’est là que je me suis dit que j’y allais vers l’athlétisme », a expliqué celui qui considère que les gènes sont bons dans la famille. Son frère, des cousins et d’autres membres de la famille ont la course dans le sang. « Mais il ne suffit pas de l’avoir. Ça prend aussi le courage d’aller plus loin, de se dépasser et de croire en ce qu’on fait. La plupart ont arrêté. J’espère, et je crois que Prince a le pouvoir de continuer », a évalué celui qui s’est spécialement déplacé pour venir encourager son neveu au cours de la compétition.

Il croit que les chances de voir le membre de sa famille percer sont très bonnes. « L’encadrement est idéal pour les jeunes. Ils sont bien suivis, mais aussi, ces Jeux du Québec, de les faire venir ici, de les nourrir, de les loger, c’est une expérience incroyable pour eux. Et en plus, Prince est mature et j’espère qu’il va continuer. À son âge, on lui conseille de le faire et je sais qu’il est déterminé en ce sens », a conclu cet ancien spécialiste du 800 et 1500 m.

 

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *