En selle avec Nicole Babich-Morin

Nicole Babich-Morin et son cheval Rumble lors d’une compétition à Iberville les 17 et 18 mai derniers. © Manon Migner
Nicole Babich-Morin et son cheval Rumble lors d’une compétition à Iberville les 17 et 18 mai derniers.
© Manon Migner

Portrait d’une jeune cavalière prometteuse

Jeune cavalière prometteuse, Nicole Babich-Morin a été reconnue athlète « Réserviste Relève » en dressage par la Fédération équestre du Québec en janvier dernier.

Âgée de seulement 19 ans, Nicole Babich-Morin a déjà de nombreux prix, trophées et médailles à son actif. En 2012, la jeune athlète et son équipe ont remporté l’or aux Championnats nord-américains pour Juniors et Jeunes Cavaliers. La même année, elle a obtenu deux médailles d’argent dans une compétition au Kentucky. Sans compter les maintes reprises où elle s’est classée parmi les premiers au Prix Saint-Georges ou à des compétitions pour Jeunes Cavaliers. « Dans certaines de ces compétitions, le niveau de difficulté est aussi élevé que celui des Jeux panaméricains », indique la jeune Vaudreuilloise.

Nicole Babich-Morin excelle dans les compétitions de dressage, discipline dans laquelle le cavalier demande à son cheval le comportement qu’il désire (demi-pirouette, petit galop, changement de pieds, notamment).

Philadelphie, New York, Boston… Le mode de vie de l’athlète nécessite beaucoup de voyagement. Celle qui était de passage à Peterborough, en Ontario, les 10 et 11 mai, puis à Iberville, en Montérégie, la fin de semaine suivante, a encore une fois raflé les honneurs, rentrant chez elle avec plusieurs distinctions. Aussi, en janvier dernier, la Fédération équestre du Québec l’a reconnue athlète « Réserviste Relève » en dressage.

Rigueur et détermination

Cependant, un horaire aussi chargé exige rigueur, grand sens de l’organisation et détermination. Sans oublier la conciliation sport-études. Après avoir terminé ses études secondaires dans le programme sport-études de l’école secondaire John Rennie de Pointe-Claire, puis ses études collégiales, Nicole Babich-Morin a entrepris des études en chimie à l’Université d’Ottawa.

Aussi, pour poursuivre son entraînement même loin de chez elle, la cavalière a déménagé son cheval, Rumble, près de son lieu de résidence, aux Écuries Queenswood, en Ontario, à 20 minutes de l’université. Nicole Babich-Morin s’y rend trois ou quatre fois par semaine et peaufine sa technique grâce aux précieux conseils de son entraîneuse, Simone Williams, certifiée niveau 3 par la Fédération équestre internationale.

« Ce n’est pas toujours facile, de concilier entraînement et devoirs. Ça ne laisse pas beaucoup de temps pour faire autre chose », souligne l’athlète. Si elle y met autant d’efforts, c’est parce que l’équitation représente une véritable passion pour elle et qu’elle a espoir de percer dans ce sport.

Des efforts constants

D’aussi loin qu’elle se rappelle, Nicole Babich-Morin a toujours monté à cheval. Elle a monté son premier poney alors qu’elle n’avait qu’un an et demi. Son engouement pour l’équitation lui vient de sa mère, Sandy, qui a également pris part à des compétitions locales et régionales et qui monte à cheval encore aujourd’hui.

Vers sept ans, Nicole Babich-Morin commence à pratiquer la discipline du saut d’obstacles avec son poney. Trois ans plus tard, elle s’adonne au dressage. À 12 ans, elle fait l’acquisition d’un poney de dressage, avec lequel elle connaît maints succès lors de compétitions pour juniors. C’est à 15 ans qu’elle se sent prête pour un nouveau défi et fait ses premiers concours avec un cheval.

« J’ai fait beaucoup de championnats avec mon cheval FoxFire, c’est d’ailleurs avec lui que j’ai remporté l’or aux championnats en 2012 », souligne-t-elle.

Puis, l’année 2013 a marqué un tournant dans sa carrière sportive. En effet, au cours de la saison, la cavalière a fait l’acquisition d’un nouveau cheval, Rumble, un holsteiner de 14 ans avec lequel elle a concouru dans la division FEI Junior.

« Ça prend un certain temps pour s’habituer à un nouveau cheval. Ils ont tous une personnalité différente et il faut adapter notre façon de leur demander des mouvements. Rumble a plus d’expérience que FoxFire en compétitions de dressage, et j’apprends beaucoup avec lui », explique la Vaudreuilloise.

Cette année, elle souhaite se qualifier pour les Championnats nord-américains pour Juniors et Jeunes cavaliers, qui se tiendront du 15 au 20 juillet à Lexington, aux États-Unis. Elle saura si elle se qualifie vers la fin du mois de juin, lorsque le pointage obtenu dans chacune de ses compétitions sera cumulé.

Entre-temps, elle trouve encore du temps pour entraîner deux jeunes chevaux de quatre et six ans avec lesquels elle espère participer à des compétitions de niveau Grand Prix dans les prochaines années. Son rêve ultime : faire de l’équitation sa profession. Avec ce nouveau titre qui lui a été décerné par FEQ, elle est sur la bonne voie!

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *