Céleste Dao vise le 7e ciel en golf

Céleste Dao, une des joueuses les plus prometteuses dans le domaine du golf féminin. Photo Golf Québec.

Céleste Dao, originaire de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, est l’une des jeunes golfeuses canadiennes les plus prometteuses.

Rien qu’en 2017, elle a signé six victoires, notamment au Championnat du Québec Premiers élans, commandité par Acura, au Championnat amateur féminin du Québec, au Championnat junior féminin du Québec et aux Jeux d’été du Canada.

Âgée de 17 ans, Céleste a pris la 10e place du Championnat canadien junior féminin et a été la tête d’affiche du Canada au Championnat mondial junior féminin où elle s’est classée 24e ex æquo à sa deuxième participation à ce tournoi. Elle s’avère l’une des quatre recrues de la formation de développement féminine en 2018.

Justement, jusqu’à présent, en 2018, elle a participé à la Coupe du monde de golf junior Toyota (5e rang), au tournoi de golf Scott Robertson Memorial , aux Qualifications Open U.S Femmes – Cape Cod National, à l’Invitation féminine Buick Shanshan Feng AJGA, elle a été championne au Qualificatif pour la coupe du monde Toyota Junior Golf, elle a pris le 2 rang au Championnat junior Humber College PGM Western CJGA et le 8e rang au Championnat amateur sud-américain.  Fin mai début juin, elle a participé à l’Omnium féminin des États-Unis. Juste avant, elle avait remporté le titre du Championnat junior féminin du Mexique.  Céleste vient de participer au plus important tournoi junior féminin à Pebble Beach en Californie.

Mais pourquoi le golf ? « J’ai commencé à frapper des balles dans le garage à 3 ans et demi. Nous avions un filet et un tapis. Comme mon père était passionné de ce sport, il m’a enseigné à frapper des balles. Mon père m’a initiée au golf. Je faisais beaucoup d’autres sports,  mais en fin de compte, c’est le golf qui en est sorti gagnant. C’est un sport individuel et s’il y a une erreur de commise, je n’ai que moi à blâmer », explique Céleste Dao qui aime le fait que ce sport lui donne l’opportunité de voyager.

Au cours de l’année, elle a pu s’entraîner avec l’équipe nationale à Victoria en Colombie-Britannique. Mais comme son jeune frère Malik, qui suit ses traces de près, elle met les études en tête de liste de ses priorités, elle quoi en est à sa 12e année dans le golf.

La force de Céleste ? « Définitivement mes coups d’approche, mais je devrai améliorer mes coups de bunker dans le fairway », de mentionner Céleste.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *