Boxe: Rentrée réussie pour Lafrenière

Lafrenière a traqué son adversaire comme une proie tout au long de leur affrontement.
Lafrenière a traqué son adversaire comme une proie tout au long de leur affrontement.

Le Coteaulacois Francis Lafrenière (7(4)-5-2) cogne fort. Marcin Cybulski (8(7)-4-2) le sait maintenant trop bien.

Devant une salle comble, principalement vendue à sa cause, au Pavillon sur le lac du Château Vaudreuil, le pugiliste local faisait face, de son propre aveu, à son meilleur adversaire en carrière.

Le Polonais ne voulait pas mettre un terme à sa série de victoires. Avec un style classique, axé sur la technique, Cybulski semblait aussi en mesure de dominer Lafrenière physiquement. Rappelons que ce dernier est reconnu comme un combattant qui favorise la pression et les corps à corps pour faire reculer ses opposants dans les câbles ou dans les coins, des endroits où il peut laisser libre recours à la puissance de ses crochets et de ses uppercuts.

On dit souvent que la boxe est un combat entre styles, la table était mise pour un affrontement explosif.

Domination

À son premier contact avec Cybulski, lors de la pesée officielle de la veille, Lafrenière s’était montré heureux de l’état de préparation de son adversaire. « Il est sérieux. Il est venu pour se battre », avait alors affirmé la fierté locale.

Les premières secondes du combat ont confirmé le pronostic de Lafrenière. Avec une belle technique, Cybulski a tenté rapidement de prendre la mesure du champion des poids moyens (160 livres) du Canadian Professionnal Boxing Council avec des coups en longue portée.

Malheureusement pour le Polonais, sa puissance de frappe n’était pas suffisante pour déranger Lafrenière. S’en rendant rapidement compte, ce dernier a adapté son style pour causer un maximum de dommage. Au départ prudent, le Coteaulacois s’est mis à avancer sans relâche. Devant la puissance de frappe autoritaire de son adversaire, Cybulski a cherché refuge le long des câbles.

Le reste de l’affrontement a été l’affaire de Lafrenière. Avec des coups en puissance qui dépassaient la capacité d’absorption du Polonais, le Coteaulacois a martelé sans relâche son opposant. Victime d’un violent choc au foie, ce dernier a été obligé de mettre un genou au sol avant de se relever pour battre le compte de l’arbitre. Sentant la victoire à sa portée et son adversaire affaibli, Francis Lafrenière s’est lancé dans une offensive à laquelle Cybulski n’avait pas réponse. L’arbitre a mis fin au combat à 2 minutes 16 du deuxième engagement.

« Je l’ai félicité après le combat. C’est un tough. Le coup qu’il a reçu au foie en aurait achevé plusieurs. J’ai senti que je l’avais frappé avec puissance à travers mes gants », Francis Lafrenière.

La suite des choses

Francis Lafrenière n’a pas connu la défaite depuis quatre combats et il aimerait que la tendance se maintienne encore. Il souligne avoir reçu une offre pour un combat le 19 décembre au Colisée Pepsi en sous-carte d’Adonis Stevenson, mais il hésite. « Le délai est relativement court. J’ai pris des risques dans les dernières années et je préfère aujourd’hui être un plus prudent. Je suis sur une belle lancée », explique le protégé des frères Otis et Howard Grant.

Une soirée enlevante

Peter Orlik, à gauche, n’a rien pu faire contre le prometteur Steven Butler.
Peter Orlik, à gauche, n’a rien pu faire contre le prometteur Steven Butler.

Les spectateurs n’ont pas veillé tard avec trois des quatre combats professionnels se terminant avant la limite prévue.

Le poids super-plume (130 livres) de Dollard-des-Ormeaux Golden Garcia a ouvert le bal avec son deuxième combat chez les professionnels contre Jackson Nguyen, de Montréal, pour qui il s’agissait d’une première sortie. Visiblement impressionnés par la foule, les deux athlètes ont fait preuve de beaucoup de nervosité. Golden Garcia, manifestement plus puissant a remporté la faveur des juges au terme des quatre rounds règlementaires.

Pour le deuxième combat, les amateurs ont eu droit à une démonstration du talent de Steven « The Future » Butler, véritable étoile montante sur la scène québécoise chez les super mi-moyens (154 livres). Le protégé de 19 ans d’Eye of the tiger management n’a laissé aucune chance à son adversaire, le Hongrois Peter Orlik. Le jeune Montréalais n’a eu besoin que d’une minute pour disposer de son adversaire avec une rafale impressionnante.

La sous-carte a été complétée par un affrontement entre Erik Bazinyan de Laval et Victor Manuel Palacios chez les mi-lourds (175 livres). Ce dernier a dû céder la victoire à son rival dans les dernières secondes du premier round. Il s’agissait de la première mise hors de combat du Lavallois depuis quatre sorties.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *