Démystifier l’archéologie

On aperçoit les participants entourant Yoann Pépin, responsable du Service de l’archéologie et des expositions, à la Pointe-du-Buisson. (Photo Pascale Jeaurond-Lajoie)
On aperçoit les participants entourant Yoann Pépin, responsable du Service de l’archéologie et des expositions, à la Pointe-du-Buisson. (Photo Pascale Jeaurond-Lajoie)

École d’été du patrimoine

Mercredi dernier, une vingtaine de personnes étaient au rendez-vous de l’École d’été du patrimoine, à la Pointe-du-Buisson Musée québécois d’archéologie. La journée de formation s’est déroulée sous le thème Patrimoine archéologique amérindien : mise en valeur et gestion du territoire. C’est Caroline Nantel, directrice de cette institution muséale depuis décembre 2012, qui a lancé cette journée en abordant les défis sans cesse renouvelés de la gestion d’un tel organisme et en rappelant les principaux objectifs de la mission de Pointe-du-Buisson : la mise en lumière et la diffusion du patrimoine archéologique, mais aussi la conservation et la préservation de ce patrimoine culturel unique.

Réellement hors du commun, ce site de 21 hectares, où plus de deux millions d’objets ont été trouvés jusqu’à maintenant, nous fait revivre 5000 ans d’histoire. Pointe-du-Buisson est la première institution muséale québécoise à offrir au grand public la possibilité d’effectuer des fouilles archéologiques. Avec une pointe d’humour, Yoann Pépin, responsable du Service de l’archéologie et des expositions, a démystifié cette science : tout en revisitant le mythe d’Indiana Jones, il a expliqué en quoi consiste aujourd’hui le travail de l’archéologue. « L’archéologie, science de ce qui est ancien, fait le pont entre les sciences humaines et les sciences naturelles pour permettre de créer un lien entre les informations historiques et la réalité », a-t-il précisé. Notons que, l’été, pas moins de 200 spécialistes dans ce domaine travaillent au Québec.

La vue en vaut le détour

En après-midi, accompagné par notre expert, le groupe en a profité pour partir à la découverte des beautés extérieures du site, dont la vue imprenable sur les rapides. Les participants ont aussi eu la chance de visiter l’exposition temporaire La mémoire de l’eau. Pour découvrir ce joyau régional, consultez le site www.pointedubuisson.com et planifiez votre visite.

La prochaine formation de l’École d’été du patrimoine, qui se tiendra le mercredi 3 juillet, portera sur la notion du patrimoine immatériel et se déroulera au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges. Les personnes intéressées à y prendre part doivent réserver leur place en composant le 450 455-2092 ou en écrivant à collection2@mrvs.qc.ca.

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *