Intervention de la SQ à bord d’un autobus scolaire pour une arme à air comprimé

Le 20 février en matinée, la Sûreté du Québec a intercepté un autobus scolaire en direction de l’École secondaire Cité-des-Jeunes, à la suite d’un signalement citoyen. L’événement a causé plus de peur que de mal.

Mardi un matin, un citoyen de Vaudreuil-Dorion a contacté la Sûreté du Québec, car il aurait aperçu une étudiante possédant un objet qui s’apparentait à une arme à feu prendre place dans un autobus scolaire.

Des agents ont été envoyés et ont intercepté l’autobus. Après une fouille, ils ont découvert une arme à air comprimé dans le sac d’une étudiante.

« On prend toujours très au sérieux ces signalements », indique d’emblée Ingrid Asselin, porte-parole de la Sûreté du Québec pour la Montérégie.

Bien que le geste n’ait rien de criminel en soi, l’élève s’est vu confisquer l’objet pour la journée. Les agents de la Sûreté du Québec ont effectué un travail de sensibilisation auprès de l’étudiante. « Il est important pour nous de faire comprendre aux jeunes l’impact des perceptions. Bien qu’aucune loi ne régisse la possession d’un tel objet, une mauvaise utilisation peut faire franchir la ligne », explique la porte-parole.

L’étudiante a également été rencontrée par le personnel de l’école.

Mesures existantes

L’événement soulève la question du niveau de préparation des écoles de la région à une situation d’urgence impliquant un tireur.

Du côté de la Sûreté du Québec, des mesures sont prises. « Chaque établissement scolaire de Vaudreuil-Soulanges possède, dans un cartable, un PRÉS (Plan de réponse pour des établissements sécuritaires). Il contient des conseils, des mesures et du matériel pour la prévention et la mise en place d’exercices », décrit Ingrid Asselin, précisant qu’il s’agit d’un plan panquébécois visant tout établissement où se concentrent plusieurs personnes.

Les établissements scolaires ont ensuite la responsabilité de mettre en place ces mesures et d’effectuer les exercices, avec ou sans la présence de la Sûreté du Québec, à la fréquence désirée. L’objectif est d’outiller le personnel pour savoir comment agir dans le cas d’une situation d’urgence liée à la présence d’un tireur.

Des agents de la Sûreté du Québec effectuent également des tournées dans les écoles chaque année, pour aborder différents sujets connexes, dont les conséquences légales de certains gestes, l’intimidation, etc.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
FAITES-VITE
PUBLICITÉ