Très-Saint-Rédempteur: Louise Blais revient en politique et lorgne la mairie

Louise Blais est citoyenne de Très-Saint-Rédempteur depuis bientôt 45 ans. Elle est mère de deux enfants. Ayant toujours été impliquée sur la scène municipale, elle a siégé comme conseillère pendant 16 ans.

Après avoir tourné aux États-Unis pendant deux ans, elle revient à Très-Saint-Rédempteur et fonde avec son mari une entreprise spécialisée en tournées en caravanes au Mexique. Après 21 années à guider des caravanes chaque hiver, elle et son mari décident de vendre leur entreprise et de prendre une retraite bien méritée le mardi 10 octobre. « C’est avec fierté que je vous annonce avoir pris la décision de présenter ma candidature pour le poste de mairesse de Très-Saint-Rédempteur. Ma plateforme? Moderniser le principe de consultation citoyenne afin de rendre le processus de consultation citoyenne plus transparent. Ainsi, je propose la mise en place d’une plateforme de consultation virtuelle sur le site web de la municipalité. Cette approche permettra à tous les citoyens de s’impliquer dans le processus décisionnel de la mairie, explique Louise Blais. À raison d’un sondage par mois, les résultats seront rendus publics et favoriseront la transparence et l’intégrité dans la prise de décision du conseil municipal », de poursuivre la candidate à la mairie
Cette dernière veut rétablir une culture de saine gestion financière à la municipalité. « Les dépenses liées à l’administration municipale sont en hausse de 9 % pour l’année 2017. Cette dépense représente 35 % des revenus de fonctionnement de la municipalité. Afin d’être en mesure d’offrir de meilleurs services à la population, nous devons définitivement appliquer une gestion plus saine des finances », énonce-t-elle. Louise Blais parle aussi de la gestion du centre socioculturel. « Étant très active sur la scène municipale, je suis toujours à l’écoute de mes concitoyens. En assistant aux réunions du conseil municipal, j’ai constaté un malaise généralisé concernant la mauvaise gestion des fonds publics par la présente administration. Souvenons-nous que plus de 150 citoyens ont ratifié le registre afin de demander un référendum à propos d’un prêt de financement pour l’aménagement de l’ancienne église. Malgré tout, le conseil a refusé de reconnaître la demande des citoyens et est allé de l’avant avec le projet. Au bout du compte, c’est 1 048 993,96 $ des fonds publics », indique Louise Blais. Et elle poursuit : « Se rajouteront à ce montant les frais d’avocats et d’experts-conseils nécessaires au règlement du litige opposant désormais l’entrepreneur et la municipalité. Les documents obtenus grâce à la loi d’accès à l’information prouvent que la gestion du centre socioculturel par la présente administration n’est pas rentable », lance-t-elle. « Je propose donc de tout faire de mon possible pour rentabiliser cet investissement en créant des activités de toutes sortes. Cette approche permettra de couvrir les dépenses liées à l’entretien du centre et donc de minimiser le fardeau sur le budget de la municipalité. C’est donc avec beaucoup d’humilité que je vous demande de m’apporter votre support et de voter pour l’intégrité et la transparence le 5 novembre », de conclure Louise Blais.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *