Y’avait du monde à messe dimanche

Moi j’ai le cœur en plein Décembre.

L’ami Normand s’en est allé

En emportant ses chansons tendres

Et son passé. *

Dimanche, près de 500 paroissiens s’étaient entassés dans l’église Très-Sainte-Trinité pour assister à la dernière cérémonie présidée par notre curé Normand Bergeron.

Nous étions nombreux à vouloir lui dire merci. Lui dire à quel point il compte pour nous. Et que son départ nous attriste. Il y a eu des ovations, des moments de rire, de joie, mais il y aussi eu les larmes de ceux qui ne veulent pas voir l’un des leurs partir.

Normand a été muté à Valleyfield, il a accepté la mission de revamper la paroisse. Ramener des gens à la cathédrale. Et pour ça, il a le don. C’est pour ça qu’on nous a volé notre bon curé.

Mais ça ne sert à rien de revenir sur le passé. Il faut aller de l’avant. Souhaiter bonne chance à Normand dans ses fonctions, et aussi à ceux qui vont occuper d’importantes tâches ici, dans Vaudreuil-Dorion, la magnifique paroisse Saint-Michel.

Un humain apprécié

Normand est un homme d’exception. Un rassembleur. Avez-vous souvent assisté à des messes au cours de laquelle le curé reçoit une ovation debout?

Et ce n’est pas parce que c’était sa dernière. Il a souvent vu les gens l’applaudir, le saluer chaudement. Il aime ce qu’il fait et il transmet sa passion, et la bonne nouvelle en faisant rire les gens. En les faisant s’aimer entre eux.

Bravo Normand pour ces quinze années chez nous, chez vous. Quinze années qui ont passé trop vite.

Merci d’avoir baptisé mes loups, d’avoir fait confiance à l’Épouse pour qu’elle devienne l’organiste de la paroisse. Tes bonnes paroles s’en vont tout droit dans mon cœur et je les conserve.

Même si j’ai eu la gorge nouée lors de notre rencontre, il n’en demeure pas moins que je voulais te dire à quel point tu es apprécié.

Merci.

Et sache que ce sentiment est partagé par des milliers d’ouailles qui n’ont pas eu l’occasion de te le dire, mais qui n’en pensent pas moins.

Tu vas nous manquer, mais tu n’es pas loin. La vie se poursuit et on va sûrement se croiser et avoir l’occasion de rigoler encore un peu.

Des vacances agréables

Sinon, je reviens de vacances. Et comme chaque année, elles sont trop courtes. Mais c’est le lot de tout le monde. Nous aimons profiter de ces journées d’été pour pratiquer le farniente.

Et cette année, je l’ai fait. Pas de long voyage, pas de plans à long terme.

Juste du repos, de la piscine, de la lecture, des boissons fraîches.

Oui, j’ai lu.

J’en avais parlé avant de quitter pour ces deux semaines de repos bien mérité.

Et j’ai eu le plaisir de découvrir l’auteur Camille Bouchard. Un Québécois. Qui a beaucoup voyagé. Comme son personnage de Lucien Dubuc.

J’ai bien rigolé. Même si le sujet est un peu, beaucoup, profond, Bouchard nous amène à des endroits qui font réfléchir. Ce que j’ai aimé, c’est la recherche que l’auteur s’est tapée. S’il parle d’un sujet, c’est qu’il le connaît. On se transporte en Afrique, dans la jungle Colombienne, dans les bidonvilles. On se croirait envahi de milliards de sauterelles, ou à bord d’un hélicoptère américain.

J’ai adoré L’Agence Kavongo et je vous le recommande chaudement.

Vous allez craquer pour Mamadou et Honorine. Deux personnages hauts en couleur, c’est peu de le dire.

Sinon, j’ai lu quelques autres nouvelles policières et j’ai travaillé sur mes propres nouvelles.

Les sujets et autres inspirations ne manquent pas. Juste dans la région, il se passe des choses qui peuvent alimenter des pages et des pages de romans, de bouquins, de recueils.

Promis, je vous donne des nouvelles très bientôt.

Noyade et réponse laconique

Parlant de sujets chauds et choquants, cette noyade à Pointe-des-Cascades.
La tragédie, c’est quelque chose, mais la réponse évasive, laconique et sans grand sens du ministère, c’est scandaleux. Ils ont pris une semaine pour émettre ce commentaire qui n’apporte pas de solutions. Lisez ici.

* Paroles librement inspirées de la chanson Les gens sans importance d’Yves Duteil. Il s’agit de l’une des préférées de Normand Bergeron. Mais je n’ai pas de mérite, c’est Véronique qui me l’a dit. L’épouse et Normand sont des férus de musique et ils partagent cette passion depuis plusieurs années.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *