Donner de son temps pour aider

J’ai vécu quelque chose de particulier la semaine dernière.

J’ai participé à mon premier souper officiel Richelieu. J’étais invité par le Club Richelieu de Salaberry-de-Valleyfield, pour un rendez-vous régional.

Donc les membres des Clubs de Vaudreuil-Dorion, L’Île-Perrot et d’autres des environs étaient présents.

Nous n’étions pas des centaines, parce que le recrutement est difficile et que chaque membre qui quitte n’est souvent, pas remplacé.

Pourtant, les Richelieu ont connu des années de gloire. À une époque, ils étaient des milliers à joindre les rangs de ce groupe qui fait de bien grandes choses. Plus grandes qu’on pourrait le penser avant d’avoir participé à un premier souper officiel.

Aide à la jeunesse

J’ai été surpris de ce qu’apportent ces membres Richelieu à la communauté. Ils aident la jeunesse. Ils récoltent annuellement des sommes qui sont distribuées pour les jeunes, afin que ceux-ci pratiquent des sports, conservent la santé, participent à des activités spéciales, ou simplement, soient capables de se nourrir adéquatement.

La semaine dernière, les Richelieu de la région ont remis 2500 $ à Moisson Sud-Ouest qui vient en aide à des familles dans le besoin. Qui aide à ce que les parents puissent mettre quelque chose sur la table.

Les Richelieu étaient émus. C’est leur mission et ils ont vu dans les yeux des responsables de Moisson Sud-Ouest que chaque dollar est important pour nourrir les moins bien nantis de Vaudreuil-Soulanges, de Salaberry-de-Valleyfield, des Châteauguay, de Beauharnois et d’ailleurs.

Selon des chiffres, 42 % des gens qui souffrent de la pauvreté, ici, sont des enfants. Les Richelieu ont été soufflés.

Ils ont également remis une somme identique à l’organisme Entraide Monoparentale et Familles Recomposées du Suroît. Une mère qui a livré un témoignage poignant a réussi elle aussi à émouvoir ces Richelieu qui ont le cœur sur la main.

Comme quoi, ce qui peut sembler être un boys club* est bien plus que cela. On retrouve des gens altruistes qui se regroupent pour aider la communauté et propager le bien autour d’eux.

Si bien, qu’ils mettent constamment la main dans leur poche, la main à la pâte, qu’ils tendent cette main, pour récolter des sommes importantes pour aider la jeunesse.

Un groupe de francisation

À une époque où les clubs sociaux comme les Kiwanis, les Optimistes, les Chevaliers de Colomb, les Rotary, les Moose et plusieurs autres recrutaient, les Richelieu ont formé ce Club ou les catholiques francophones se regroupaient. Aujourd’hui les temps ont changé et les personnes de toutes religions, francophones ou francophiles, sont les bienvenus. Hommes et femmes. Mais, une chose demeure, on protège la langue française. Si bien que les incartades sont soulevées. Si on utilise un anglicisme, si on bafoue la langue, si on ne surveille par son langage, on paie une contravention. Si minime soit-elle, la contribution est accumulée et versée aux causes défendues par les Richelieu. Une autre manière de propager le bien.

Et on s’amuse, on chante les bienfaits de nos gestes, on chante l’importance de la langue, de l’enfance. On bénit le repas que l’on prend, on remercie le Seigneur pour celui-ci et on discute.

Certains sont membres depuis des décennies. D’autres sont fraîchement arrivés. Mais tout le monde a son mot à dire et est respecté.

Surtout que la troisième mission des Richelieu est de permettre à ceux qui sont moins à l’aise en public de s’émanciper. On discute en groupe, ouvertement, on prend la parole au micro et la gêne disparaît tranquillement.

Bravo les Richelieu.

Je vous souhaite de nombreux nouveaux membres pour soutenir votre mission. Je vous souhaite longévité et beaucoup de plaisir.

Je souhaite à la population de pouvoir compter encore longtemps sur toute la générosité dont vous faites preuve.  —

Il est possible d’obtenir plus de renseignements au www.richelieu.org.

Les Richelieu est ouvert tant aux hommes qu’aux femmes.

* L’utilisation de l’expression boys club m’aurait valu une amende d’environ 3 $ qui aurait été versée à des organismes ou fondations venant en aide à la jeunesse de Vaudreuil-Soulanges et des environs. J’adore l’idée.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *