Dans les grandes occasions on se lève

Les choses semblaient pourtant vouloir se résorber.

Jeudi, il faisait quand même beau, mais pas très chaud.

Puis, les choses se sont mises à aller très vite. Trop vite. L’eau a monté.
Partout, ou presque. Àde nombreux endroits disons. En même temps.
Rigaud, qui avait pourtant reçu sa part de flotte, s’est retrouvée engloutie. Idem à Pointe-Fortune, où les gens, qui donnaient déjà un coup de main à leurs voisins, ont vu leurs propres résidences menacées.

Vaudreuil-Dorion a été submergé, et a vu ses égouts refouler.
Idem à Terrasse-Vaudreuil, où on a lancé l’alerte. Pincourt, ainsi que les riverains des îles Claude, Cadieux et Perrot ont commencé à pomper. Ont dû être évacués.
Aux vagues se sont mêlées les larmes. Les émotions de ces gens, déjà à fleur de peau, ont également été évacuées.

De la tristesse de voir sa maison envahie par les flots.

De la joie de voir des concitoyens venir prêter main-forte.

De l’exaspération d’êtres évacués de force et lâcher prise sur son bien le plus précieux.

De la générosité

Heureusement, des gens se sont levés. Des Vaudreuil-Soulangeois ont répondu à l’appel. Ils ont répondu à la pelle. Ils ont rempli, à grands coups de pelles rondes, des centaines, des milliers, des centaines de milliers de sacs de sable pour ériger des barricades contre les éléments.
Ils ont transporté les sacs vers les terrains, les résidences, les sous-sols de ces gens pris au dépourvu par cette eau pas tant bienvenue. Cette eau menaçante, envahissante, débordante. Cette vague qui amène plus qu’un vague à l’âme.

Bénévoles aguerris

Enfants, aînés, adultes avec ou sans mal de dos. Ils ont embrassé la cause.
S’ils ont pris le manche, ils ont aussi pris la spatule. Ils ont concocté des repas pour ceux qui travaillaient fort. Ils ont fourni des beignets, des cafés, des friandises, mais surtout de la chaleur et du réconfort en ces temps difficiles.

À certains moments, ils étaient si nombreux qu’ils se relayaient dans d’autres villes. Certains ont pris la direction des opérations sur Facebook pour diriger amis, connaissances, bottes d’eau et camions dans les endroits ou c’était nécessaire. Les Villes étant débordées, dans un sens comme dans l’autre, en cette ère des réseaux sociaux, les communications étaient rapides et essentielles.
Des entreprises, des restaurants, des gens d’affaires, des citoyens, des pompiers, des militaires, tous se sont levés pour dire à mère Nature qu’une fois ligués, nous sommes forts.

J’ai été privilégié de voir de près ce déploiement. J’ai été, en compagnie de mes collègues de VIVA média, sur le terrain, dès les premiers instants. Vendredi à Rigaud, nous avons rempli et transporté des sacs de sable. Samedi, sur le terrain, dans la grande région, dans les 10 villes durement touchées, nous avons pris des photos, des images, des entrevues, des sacs de sable et nous avons encouragé les gens.

Autant par notre travail journalistique, que par l’aide aux sinistrés et la prise en charge de nombreuses opérations, VIVA média a été présent et apprécié.

Bravo à vous tous. Bravo à l’équipe. Bravo aux bénévoles, généreux et disponibles.

Et surtout bonne chance aux gens touchés par ces crues historiques, mais aussi par ces gestes altruistes.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *