Vivre la frénésie comme les grands

C’est cette fin de semaine que ça se passe.
Mon Loup, qui évolue cette année avec les Gladiateurs, vivra son premier vrai tournoi de hockey à l’extérieur de la région. Et quand on dit à l’extérieur, c’est qu’on couche à l’hôtel. « Comme les joueurs de la LNH papa! », s’est enorgueilli mon joueur de hockey préféré plus tôt ce mois-ci.
Effectivement, la troupe de mon gars s’en va à Gatineau. On change de province pendant quelques minutes pour se rendre au match. C’est pas rien.
Et ils vont affronter des joueurs de catégorie atome B d’un peu partout au Québec pendant ce beau week-end.
Vendredi (on manque aussi de l’école papa!), les Gladiateurs disputeront deux rencontres. Et samedi, en soirée, un match est à l’horaire. Ce sera Hockey Night in Gatineau. Rien de bien spécial pour la population canadienne. Mais pour ce groupe de jeunes athlètes, ce sera de jouer devant des gradins remplis, la musique pendant les pauses, les encouragements, les buts annoncés dans les haut-parleurs. Ils ont hâte. Mon 84 est fébrile et il a bien hâte d’en découdre sur la glace du Complexe Branchaud Brière.
De plus, les tournois permettent de façonner l’esprit d’équipe. De regrouper ces gamins de 9 et de 10 ans. De forger leur appartenance à un groupe. Ce sera bon pour eux d’ici la fin de la présente campagne, mais ça leur servira pour bien des années encore.
Ils se feront des amis qu’ils reverront bien des années plus tard et ils se souviendront de ces moments partagés.

Et les parents

Ce qui est bien aussi, c’est pour les parents. Au cours d’une saison de hockey, on rencontre de nouveaux parents chaque année. On tisse des liens avec certains, on est plus timides avec d’autres. Cette sortie et ce week-end de groupe permettront de resserrer les rangs et peut-être de faire naître des amitiés qui n’auraient autrement jamais vu le jour. On passe des heures pleines à l’aréna au cours d’une saison de hockey. Il faut bien s’arranger pour, outre le plaisir d’encourager nos valeureux gaillards, avoir du plaisir.
Cette fin de semaine, selon les plans, nous en aurons.
Peu importe le résultat sur la glace, nous nous sommes jurés, joueurs, parents et entraîneurs, d’avoir du «fun». À l’aréna, mais aussi à l’hôtel, histoire de voir si on boira pour fêter ou pour oublier.
Je plaisante bien sûr.
Nous serons sages. Comme de véritables images.

Des souvenirs

Parmi mes souvenirs de jeunesse, des tournois de hockey figurent parmi les plus beaux.
Les tournois de Québec, de Magog, celui de Jonquière. On en a eu du plaisir. On a partagé de beaux moments. Et je suis persuadé que lorsqu’il évoluera à de plus hauts niveaux, mon Loup, fier Gladiateur, se souviendra de ce premier tournoi à l’étranger.
Et ceci gagne ou perd. Il faut savoir s’amuser, peu importe l’adversité.
Tout ce qu’il me reste à dire, c’est bonne chance les Gladiateurs. Nous y serons pour vous encourager. Avec amour, passion et émotions. Go Gladiateurs Go!

Et au football

Parlant d’amour et d’émotions, un ami de longue date, nous l’appellerons Benoit Roger, parce que c’est son nom, est un véritable amant des Eagles de Philadelphie. Ses Eagles.
Au fil des ans, à travers vents et marées, qu’ils évoluent dans les bas-fonds du classement ou qu’ils passent à un jeu de participer aux séries, Benoit n’a jamais cessé d’encourager ses Aigles. Il a été un fidèle pendant des décennies. Aujourd’hui, il frétille comme un oiseau de proie qui tend les serres à l’approche du grand repas.
Je suis de tout cœur avec mon «chum» Ben qui enfin, peu importe le résultat, savourera ce moment d’allégresse.
J’ai bien hâte de voir cette formidable équipe affronter la légende de Brady.
On doit s’attendre à n’importe quoi. Le Super Bowl ça se gagne en un match. Il faut que tu joues bien cette journée-là. C’est formidable.
Et j’ai bien l’impression que cette fois, les Eagles de mon ancien collègue, mais toujours ami, Benoit, vont voler bien haut. Ça ne peut faire autrement, deux jours après le jour de la marmotte, ils devront donner le meilleur d’eux-mêmes. Quant à nous, confortablement installés, 10 livres de viande hachée dans le poêlon, on va célébrer.
Fly Eagles Fly!

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Jacinthe Roy

    Bien d’accord avec vous ! Les souvenirs merveilleux qu’on en garde ne s’oublieront jamais… embarquer sur la glace les jambes molles…, la musique…., compter un but et entendre notre nom au micro…. j’en ai encore des frissons ! Oublier le quotidien, un instant et vivre ce moment magique !!! Merci encore à mes parents qui ont fait des pieds et des mains pour qu’on puisse avoir cette chance, cette expérience ! En espérant que ma belle poulette de 4 ans , nouvelle hockeyeuse de cette année, puisse vivre ça une fois dans sa vie !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ