Un troisième recueil pour Marie-Belle

Pour réserver sa place au lancement officiel du recueil, on communique à mbellapower@hotmail.com (Photothèque)
Pour réserver sa place au lancement officiel du recueil, on communique à mbellapower@hotmail.com (Photothèque)

Après Un peu d’un ciel au bout d’une corde et Je promets d’être là, voilà que la poète lance Le son friable de l’étreinte.

Une femme s’offre un espace où respirent l’être et le devenir. Il ne s’agit plus de fuir, mais de plonger dans un profond désenchantement. Cette descente éclaire les voies qui l’accompagnent, les êtres qui la touchent, la mort latente qui la pousse à revivre malgré tout. Au fil de chaque poème, elle convainc que, malgré les craquements et la noirceur, il existe toujours un recommencement et de la lumière.

Maniant avec finesse le poème en prose, Marie-Belle Ouellet poursuit ici sa quête de sens en convoquant l’identité féminine et son rapport à l’altérité.

Le public sera d’ailleurs invité à la rencontrer, lors du lancement officiel, le 2 mai à 14 h à la maison Félix-Leclerc, située au 186, chemin de l’Anse à Vaudreuil-Dorion.

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ