Sèxe Illégal: Soirée rock’n roll avec Paul et Tony

 

C’est à Vaudreuil-Dorion que le duo Sèxe Illégal, formé de Paul Sèxe et de Tony Légal, donnera son premier spectacle de l’année. Mathieu Séguin et Philippe Cigna, les humoristes derrière les personnages, présenteront un show se situant à cheval entre l’humour et la musique au théâtre Paul-Émile-Meloche, le 25 février.

Le spectacle de Sèxe Illégal à Vaudreuil-Dorion sera l’un des derniers de la tournée Vivre. Les spectateurs auront, entre autres, la chance d’y entendre de nouveaux covers. Le spectacle est toujours en mouvance, car le duo déteste rester sur place. En parallèle, les humoristes sont complètement submergés par leur nouveau spectacle en préparation pour le Dr Mobilo Aquafest, en mars, un festival par et pour les artistes mis sur pied en collaboration avec Guillaume Wagner, Adib Alkhalidey et Virginie Fortin. VIVA média a réalisé une entrevue tout ce qu’il y a de plus normal avec Mathieu Séguin pour comprendre un peu plus la drôle de bibitte qu’est Sèxe Illégal.

Vivre c’est rendu quoi?

Nous on se donne à fond sur de la musique et l’on tire sur à peu près tout ce qui bouge, entre les chansons. On fait des numéros et l’on critique tout le monde. C’est comme un show de deux vieilles rock stars qui se tapent leurs hits, parlent beaucoup trop longtemps entre les chansons, s’égarent et finissent par mordre des gens au passage. C’est assez amusant.

Les propos des personnages sont-ils influencés par l’actualité?

Certainement que l’actualité va teinter nos propos. S’il se passe quelque chose cette journée-là, un beau scandale ou un gros imbécile, c’est sûr qu’on va taper dessus pendant le spectacle. On ne va pas se gêner pour faire un bout de chemin sur les imbéciles.

Le spectacle est rodé ou improvisé?

C’est oui aux deux volets. Il y a des textes qu’on roule depuis longtemps. Les personnages sont super établis aussi. Mais, on déteste les trucs coulés dans le béton. Ça nous ennuie profondément. Pour rehausser tout ça, il y a toujours des longs moments où l’on va juste trouver des choses improvisées sur l’actualité. C’est assez difficile de voir la différence entre les deux. Ça fait partie du plaisir de nous voir en spectacle. Habituellement, les gens sont assez heureux de cette folie.

Que faisiez-vous Philippe Cigna et toi avant Sèxe Illégal?

Avant, on faisait du monologue et des trucs en solo sur scène. On est deux amis qui ont une super belle chimie. On s’est rencontrés à l’École de l’humour et on avait la même passion de la musique. Cela doit faire 11 ans qu’existe Sèxe Illégal. C’était un fun pour passer le temps dans des meetings trop longs. On faisait des niaiseries, mais finalement la joke a pris le dessus.

Justement, la blague va-t-elle durer encore longtemps?

On dirait qu’ils sont sans fin ces deux personnages. Même si l’on finit par se tanner, on va avoir envie de les faire quelques fois dans l’année. C’est une des zones les plus le fun à jouer. Ils sont lousses ces gars-là. Ils n’ont aucune barrière. C’est une plate-forme vraiment le fun de liberté de création. Je ne pense pas qu’on pourrait se passer de Paul et Tony. C’est une forme de psychanalyse.

Est-ce que les personnages finissent par déteindre sur vous?

C’est comme des vases communicants. Le côté de Mathieu va être grossi fois mille de l’autre côté avec Paul, mais ça reste quand même Mathieu. Des fois, la ligne n’est pas claire. Ça peut se rejoindre, mais Mathieu ne sera jamais loose cannon comme Paul. Paul est la soupape à Mathieu. C’est quand même pratique, ce n’est pas tout le monde qui a le luxe de pouvoir évacuer toute cette pression en criant dans un micro.

Votre personnage Paul Sèxe aurait-il quelque chose à ajouter concernant le spectacle à Vaudreuil-Dorion?

Il dirait : On a encore le temps de fêter la bonne année. Défoncez-la avec nous à la fin février. Il n’est jamais trop tard pour faire le party. Avec nous autres, toutes les occasions sont bonnes. On est le dernier show vestige de punk-rock humoristique-psychédélique au Québec. Il n’y en a pas beaucoup. Mets tes bonnes bottes et viens trasher avec nous autres.

Pour se procurer des billets : www.vsoul.ca.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *