Mouvement accru vers les librairies

Le personnel de la Librairie Boyer de Vaudreuil-Dorion a observé une hausse d’environ 25 % de la clientèle le 12 août dernier. © Daniel Cuillerier
Le personnel de la Librairie Boyer de Vaudreuil-Dorion a observé une hausse d’environ 25 % de la clientèle le 12 août dernier.
© Daniel Cuillerier

Industrie du livre québécois

Le 12 août dernier, les Québécois ont afflué dans les librairies partout dans la province pour encourager les auteurs d’ici. Selon plusieurs libraires, ce mouvement a connu un véritable succès. Qu’en est-il de Vaudreuil-Soulanges?

Lancé par l’auteur québécois Patrice Cazeault et sa collègue Amélie Dubé par l’intermédiaire des réseaux sociaux, le mouvement a pris une telle ampleur qu’après un peu plus de deux semaines, plus de 10 900 personnes avaient assuré leur participation. Pourquoi un tel succès? Peut-être à cause du caractère spontané de la manifestation. Il semblerait que l’événement aurait attiré un public plus jeune dans les librairies du Québec.

Dans les Librairies Boyer de la région de Vaudreuil-Soulanges et des environs, les clients ont pu obtenir deux estampes sur leur carte de fidélité au lieu d’une seule pour chaque livre québécois acheté. « C’est une belle initiative, et comme l’année scolaire arrive à grands pas, les parents sont venus avec leurs enfants. Quant aux jeunes, ça leur a permis de découvrir des livres jeunesse d’ici », a affirmé Carole Leroux, gérante de la succursale de Vaudreuil-Dorion. Cette dernière a d’ailleurs observé une augmentation d’environ 25 % de la clientèle au courant de la journée.

Quant à la librairie indépendante Les Éditions Vaudreuil, les libraires ont également noté quelques clients de plus s’étant déplacés expressément pour se procurer un roman québécois. Une installation mettant en évidence des romans d’ici, tous genres et tout niveau d’âge confondus, avait d’ailleurs été érigée à cet effet.

« C’est une idée magnifique, mais je ne crois pas que le mouvement a gagné les librairies. Je suis plutôt d’avis qu’il a plu aux personnes qui fréquentent déjà les librairies », a expliqué Pierre-Philippe Héroux, libraire aux Éditions Vaudreuil.

Ce dernier a d’ailleurs déploré que les librairies indépendantes doivent constamment se battre contre les magasins à grande surface et les pharmacies, qui vendent également des livres, parfois à rabais. « D’où l’importance du prix unique. Nous étions sur la bonne voie, le Parti Québécois avait affirmé qu’il prendrait une initiative en ce sens, mais le projet est malheureusement tombé dans l’oubli avec le gouvernement libéral… », a ajouté le libraire.

Une deuxième édition à venir?

Cette première édition de l’événement, qui a vraisemblablement connu un succès dans l’ensemble de la province, a non seulement donné un coup de pouce à l’industrie du livre québécois, mais elle a également encouragé les lecteurs à sortir des sentiers battus.

En effet, de nombreux acheteurs se sont présentés en librairie en ne sachant pas quel roman se procurer. Plusieurs libraires ont affirmé que cette journée leur a permis de revenir aux sources de leur métier, à savoir : conseiller les clients sur le choix d’un livre.

Quant aux fondateurs de la manifestation Patrice Cazeault et Amélie Dubois, ils ont assuré qu’il renouvellerait le mouvement en 2015. Ils encouragent entre-temps les lecteurs à continuer de fréquenter les librairies!

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *