L’art au féminin

 Trois expositions, dont celle de Martine Vossaert, occupent les galeries d’art de la maison Trestler jusqu’au 8 septembre. (Photo Daniel Cuillerier)
Trois expositions, dont celle de Martine Vossaert, occupent les galeries d’art de la maison Trestler jusqu’au 8 septembre. (Photo Daniel Cuillerier)

Expositions à la maison Trestler

Le 13 juin, quelques artistes s’emparaient des galeries de la maison Trestler lors du vernissage d’Armande Fecteau, Ghislaine Blaquière, Jeanne Hart, Marie-Josée Leroux et Martine Vossaert.

Les trois premières artistes se partagent la galerie Antoine-Aimé-Dorion pour un retour de leur exposition Émotions, dominée par la vie et la couleur.

La galerie Iphigénie est occupée par Archétypes, une exposition des sculptures sur pierre de Marie-Josée Leroux, dont la démarche artistique s’oriente autour du mystère et de l’inconscient, dans une tentative de cerner le non-dit et la part cachée des choses.

Archétypes comprend les œuvres de cette artiste ainsi que des textes sur ses réflexions au sujet du processus créatif. Il est possible de consulter le site internet www.lerou.ca, l’onglet Horloge archétypale, pour lire un aperçu de ces écrits.

L’artiste est aussi l’auteure d’un recueil de poésie, et certains de ses poèmes pourront être découverts, ainsi qu’un regard, sur des affiches et un montage photos sur vidéo, autant d’étapes de la réalisation de la Gardienne de l’Eau, une sculpture monumentale en pierre pesant 10 tonnes que l’artiste a réalisée et érigée à Boisbriand en 2012, pour la protection des ressources en eau potable.

Enfin, la galerie Rainville présente les œuvres de Martine Vossaert, qui expose une première fois au Québec. Elle se spécialise dans l’acrylique et l’acrylique et collage.

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *