Généalogie : Rechercher un ancêtre acadien

André-Carl Vachon s’intéresse à l’histoire acadienne.
André-Carl Vachon s’intéresse à l’histoire acadienne.

Histoire – La Société de généalogie Vaudreuil-Cavagnal accueillera André-Carl Vachon qui présentera la conférence « Rechercher un ancêtre acadien ».

Originaire de Saint-Fabien-de-Panet, André-Carl Vachon est descendant des Acadiens s’étant réfugiés dans la première petite Cadie québécoise. André-Carl fit son baccalauréat en enseignement religieux à l’Université de Montréal. Ensuite, il fit un certificat en histoire à l’UQÀM. Il a enseigné pour la Commission scolaire des Hautes-Rivières et le Collège Jean-Eudes. Depuis, il est animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire au Collège Jean-Eudes.

Il est aussi l’auteur principal du matériel didactique en Éthique et culture religieuse : Être en société (2008) ainsi que sa traduction Living in Society (2009), publiés aux Éditions CEC. Il est aussi l’auteur de L’histoire de la famille acadienne des Lejeune dit Briard (2014), publié par Klemt édition; livre qui est le fruit de 15 ans de recherche. Il est également l’auteur du livre Les déportations des Acadiens et leurs arrivées au Québec. 1755-1775 (2014), publié aux éditions La Grande Marée. Il a aussi collaboré au livre collectif L’Acadie d’hier et d’aujourd’hui. L’histoire d’un peuple (2014), publié aux éditions Andrepont Publishing, en Louisiane, et distribué par les éditions La Grande Marée; il y a écrit le texte : « Les migrations des Acadiens au Québec, de 1755 à aujourd’hui ».

Selon une étude récente, un Québécois sur deux d’origine canadienne-française aurait des ancêtres acadiens. Pour les retrouver, en faisant une simple recherche sur Internet ou dans certains livres, on arrive rapidement à un cafouillis. À quelles sources se fier? Qui dit vrai? Comment s’y retrouver? Comment éviter les pièges? Voilà les questions auxquelles répondra le conférencier.

La conférence gratuite se tiendra à la salle Félix-Leclerc de la bibliothèque du 51, rue Jeannotte à Vaudreuil-Dorion le mercredi 25 mars à 19 h 30. Pour obtenir plus d’informations, communiquez avec Gisèle Monarque au 450 424-4806.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Louis Laplante

    Bonjour,

    J’aimerais bien si vous pouviez m’aider à retracer, le plus clairement possible, l’histoire de Germain Doucet Sieur de Laverdure. En fouillant un peu, les informations sont différentes d’un site à l’autre.

    Germain Doucet, sieur de La Verdure (né vers 1595 près de Couperans en Brye [1] (le plus probable Coubron nord-est de Paris), France) était un commandant français dans la colonie française de l’Acadie.
    La carrière de Doucet a commencé quand il a conclu une association avec Charles de Menou d’Aulnay, a noté marin, capitaine, et futur gouverneur de l’Acadie. En 1632, il est arrivé en Acadie avec le gouverneur Isaac de Razilly. Il a servi en tant que maître d’armes du Fort Pentagouet (maintenant Castine, Maine) comme un majeur. Après la mort de d’Aulnay en 1650, Doucet est devenu commandant de servir au fort français de Port-Royal (aujourd’hui Annapolis Royal). Sous le major-général Robert Sedgwick, l’anglais capturé le fort le 15 Août 1654. Selon les termes de la reddition, Doucet a été contraint de quitter l’Acadie pour de bon, et revint en France. Ses deux fils Pierre et Germain et sa fille Marguerite cependant resté derrière,. [2] Pierre marié, en 1660, Henriette Pelletret, par qui il avait l’édition. Germain a épousé Marie Landry, et Marguerite a épousé Abraham Dugas. [3] Le nom de la femme de Germain est incertaine, bien que certains généalogistes suggèrent qu’elle pourrait avoir été Marie Bourgeois. [3] (WIKIPÉDIA_

    Selon Stephen White, le nom de l’épouse ou des épouses de Germain n’a jamais été connu. Plusieurs écrivains début, comme Bona Arsenault, Histoire et Génélogie des Acadiens, et Adrien Bergeron, Le Grand arrangement des Acadiens au Québec, ont déclaré que la femme était Marie Bourgeios, compte tenu du fait documenté que Germain Doucet et Jacques (Jacob) Bourgeois étaient beaux-frères. Dans ses notes, déclare Stephen White: Il est impossible que la mère des enfants de Germain Doucet est une sœur de la femme de Jacques Bourgeois, que certains auteurs ont proposé, étant donné que les beaux-parents de Jacques Bourgeois ne l’ont pas se marier jusqu’à 1627. Il existe la possibilité que Germain Doucet néanmoins épousé, en secondes noces, à une fille de Guillaume Trahan qui lui donna pas d’enfants survivants; mais il est possible qu’un tel deuxième femme est la sœur de Jacques Bourgeois et pas la sœur de sa femme. (Voir SGCF Vol VI, p 372.) (LES DOUCET DU MONDE)

    Pouvez-vous m »aider?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *