École secondaire Soulanges : L’amour du français bien vivant

La semaine du français a attiré une participation exceptionnelle.
La semaine du français a attiré une participation exceptionnelle.

Éducation – L’école secondaire Soulanges était le théâtre, du 23 au 27 février, de la semaine du français. Les élèves étaient conviés à participer aux différentes activités proposées.

Des vox pops, un marathon de lecture, la présentation de coups de cœur de lecture personnels et projections de vidéoclips de musique francophone étaient au menu pour que les jeunes puissent prendre part à des activités reliées à la langue française.

Pour le comité organisateur, composé de Martin Bélanger, Julie Choquet, Hélène Diamond, Marie-Line Durocher, Nicole Langlois et Lysiane Trottier-Pharand, les élèves ont fait montre d’une participation exceptionnelle au cours de la semaine thématique. Il tient d’ailleurs à les féliciter pour leur engagement et leur énergie.

De plus, en vertu de l’appui de la Librairie Boyer, des Éditions Vaudreuil et de la direction de l’école, les participants ont reçu des livres, des figurines de bandes dessinées, des chèques-cadeaux du matériel scolaire et des jeux de société.

Jade Williamson, Raphaël Cauvier, Charles-Olivier Isabelle, William Chénier, Zach Benoit et David Vézina se sont démarqués dans le concours d’écriture. Roxanne Louis, Daphnée Stirling, Élodie Beaupré et Alexandre Harrisson sont sortis gagnants du concours de dictée. Du côté du concours d’épellation, ce sont Élodie Beaupré, Victoria Proulx, Zakary Chandonnet, Dorothée Croze, Maude Desrochers et Zach Benoit qui ont raflé les grands honneurs. Enfin, William D’Amour-Roy, Josianne Lalonde, Mégane Charbeonneau, Xavier Fournier-Blais et Jessica Roy ont remporté le concours d’énigmes.

Texte gagnant

Voici ce que le jeune Zach Benoit a composé pour remporter le concours d’écriture de la cinquième secondaire.

Lettre à ma mère

La langue de Molière, ce dialecte éthérique, l’ambroisie de toutes les langues. Teintée de participes passés, de mots composés et de plus-que-parfait, nuancée de figures de style, nulle surprise que Paris porte le surnom de ville de l’amour. Après tout, il est évident que le français est, était et sera toujours la langue la plus romantique ainsi que la plus poétique. Notre langue maternelle à tous, le témoin le plus fidèle du passage des Français sur nos terres, de notre histoire, une épopée des plus brillants exploits ainsi que du sacrifice des Acadiens qui se sont battus et qui ont abandonné leurs terres pour la défendre. Malheureusement, le feu du français commence à être étouffé par la couverture de l’anglais. Il est grand temps de s’unir et de raviver la flamme avec une bonne dose de solidarité. Seul l’avenir pourra nous révéler ce qui adviendra de notre belle langue. Pour l’instant, faisons-y honneur et continuons de la parler fièrement!

Sincèrement,

Zach Benoit.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *