Art’nonyme : un beau geste de magnifiques œuvres

Quelques-unes des 80 oeuvres qui seront offertes à un coût fort modique pour une bonne cause.

C’est dans un mois que se tient l’exposition Art’nonyme, la mise en vente d’œuvres créées par des artistes locaux, québécois et canadiens, professionnels et amateurs dans le but d’amasser des fonds pour venir en aide à une fondation de la région de Vaudreuil-Soulanges.

« L’idée est venue d’un remue-méninges l’été dernier, alors que nous voulions trouver une idée originale pour aider une mère de famille, dont le fils, Dereck, 8 ans, souffre de paraplégie spastique. En fait, Art’nonyme c’est de demander à des artistes de nous donner une œuvre et de la vendre sans que l’acheteur ne sache de qui elle est la création. Tous nos artistes participants, qui ont accepté d’emblée, ont fourni une toile de 8 pouces par 8 pouces sur laquelle ils ont travaillé avec leur propre style, leurs propres matériaux, mais ils ont signé au verso de leur tableau. Les acheteurs apprennent après coup de qui ils ont acheté leur toile », explique Charlène de Grosbois, l’une des idéatrices de ce rendez-vous culturel et philanthropique.

Des artistes reconnus et appréciés d’ailleurs et d’ici, dont Tina Struthers, Manon Labelle, Monica Brinkman ou Michel Sauvé, pour n’en nommer que quelques-uns ont accepté de partager de leur travail pour cette cause. « Il y a aussi LIOS, un artiste ontarien qui peint avec de la peinture qui contient de l’or. On raconte que ses toiles se vendent parfois jusqu’à 10 000 $. C’est une occasion rare de se procurer l’une de ses œuvres pour 70 $ », explique Charlène qui dévoile que près de 80 œuvres seront disponibles pour cette vente caritative.

En ce sens, il est effectivement possible de se procurer des billets pour l’achat des œuvres au coût de 70$. Ces billets donnent l’opportunité de pouvoir choisir une œuvre parmi celles qui seront présentées lors de la vente du 7 avril. Le principe du premier arrivé, premier servi sera appliqué pour l’occasion.

Des billets VIP sont également disponibles et permettent aux acheteurs d’être parmi les 15 premiers à prendre possession de l’œuvre de leur choix.

Fondation

La paraplégie spastique entraîne une dégénérescence du système nerveux central pouvant mener, entre autres, à une paralysie complète des jambes. Les symptômes apparaissent généralement entre 20 et 40 ans, mais peuvent parfois commencer tôt à l’enfance. C’est le cas notamment du jeune Dereck, 8 ans, fils de la fondatrice de la fondation de la paraplégie spastique, natif de Saint-Zotique.

La totalité des dons amassés lors de la vente des œuvres sera remis à la fondation de la Paraplégie spastique : financement, recherche, traitement. Présentement, il n’existe aucun remède pour prévenir ou arrêter la progression de la maladie.

L’expo Art’nonyme se tient le 7 avril de midi à 16 h au Hachem de Vaudreuil-Dorion du 22800, chemin Dumberry.

Il est possible de se procurer des billets au www.artnonyme.com.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *