Une activité qui gagne en popularité

MMC entrevue patin_wb
(Photo: Daniel Cuillerier)

Lors de sa visite à l’aréna de Vaudreuil-Dorion, Viva média a eu l’occasion de s’entretenir avec le président du conseil d’administration du club, Didier Toussaint, et l’entraîneur-chef du Club de patinage de vitesse des Trois-Lacs, Christian Cournoyer.

Le Club de patinage a connu une recrudescence d’inscriptions, surtout à la suite des Jeux olympiques d’hiver à Sotchi en février 2014 lors desquels l’équipe Canada a eu de très bons résultats. Ce sport connaît actuellement une plus forte popularité auprès des hommes que des femmes.

« Le patinage de vitesse gagne à être connu. Contrairement au hockey ou à n’importe quel sport d’équipe, le patinage de vitesse est un sport individuel, mais dans lequel les jeunes développent tout de même un très fort esprit d’équipe », explique Didier Toussaint, un grand passionné de ce sport.

Lors des compétitions, tous les patineurs du Club se retrouvent dans la même chambre, s’encouragent, se motivent.

« Il n’y a aucune compétition; les garçons acceptent très bien le fait que des filles peuvent être plus rapides qu’eux », précise pour sa part Christian Cournoyer. Selon ce dernier, ce sport incite l’enfant à travailler sur ses propres performances, à se gérer seul. « C’est une compétition avec soi-même. On veut battre son propre temps, pas celui des autres », ajoute l’entraîneur-chef.

Un défi pour le club

Après les premières compétitions qui ont eu lieu en octobre et en novembre, les jeunes du Club ont obtenu d’excellentes performances, enchaînant médailles d’or, d’argent et de bronze. Quand, dès les premières compétitions de la saison, on égalise les meilleures performances de l’année dernière, c’est très satisfaisant. Ça ne peut aller qu’en s’améliorant. Je suis d’ailleurs convaincu que le club aura une équipe de garçons très intéressante aux Jeux du Québec à l’hiver 2015 », assure Christian Cournoyer.

Selon l’entraîneur, le défi du club est de conserver les jeunes patineurs qui atteignent le niveau élite et qui compétitionnent au provincial. « La région compte des infrastructures intéressantes, mais qui ne suffisent pas nécessairement pour un tel niveau de compétition », conclut Christian Cournoyer.

 

> Retour à l’article principal

> En savoir plus sur le Club de patinage de vitesse des Trois-Lacs

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
En savoir plus
PUBLICITÉ