Uber autour du monde

C’est fascinant d’entendre l’industrie du taxi y aller à pleine charge envers les adeptes de l’application Uber. À peu près tout le monde s’entend pour dire que l’industrie devra s’ajuster devant cette nouvelle concurrence.
Je suis un adepte d’Uber quand je voyage. Je l’ai pris dans quelques pays, et au Québec. L’offre n’est pas la même d’une ville à l’autre.
Par exemple, à Paris, le service le plus controversé de la gamme, Uberpop, est interdit depuis quelques mois. C’est l’équivalent de notre UberX ici. C’est-à-dire que des particuliers font du transport de passager dans leur propre véhicule, un peu comme un taxi cubain non officiel.
Uber n’a pas cessé de rouler pour autant! UberX existe, mais propose les services de chauffeurs privés accrédités qui roulent en Mercedes, en costard, et qui ouvrent les portières. Tout ça pour le prix d’un taxi régulier. Le grand luxe!
L’offre la plus intéressante est autorisée entre 18 h et 6 h du matin. Il s’agit de UberPool, aussi disponible dans plusieurs villes américaines. On offre un rabais aux passagers qui acceptent d’embarquer un autre voyageur en chemin, qui s’en va dans la même direction. J’ai sauvé 6 $ sur une course de 24 $ lundi soir. C’est écolo, et écono!
Quand on prend Uber en voyage, il faut accepter une part de risque. Le service est assez aléatoire. Par exemple, à Genève en Suisse, j’ai dû demander au chauffeur de descendre au coin d’une rue, un bon matin, car sa route ridicule en zigzag prouvait clairement qu’il ne savait pas où s’en allait. 1-0 pour la marche à pied.
Aurais-je pris un taxi ce jour-là? Probablement pas. J’aurais choisi les transports en commun, mais j’ai opté pour la rapidité, et la simplicité de paiement.
C’est ici que je décroche. À écouter les chauffeurs de taxi, un client Uber est un client perdu. L’équation n’est pas si simple. Souvent, un client Uber, c’est un voyageur en moins dans les transports en commun, ou un marcheur paresseux. Pas une personne en moins sur leur banquette.

À propos de l'auteur

Pierre-Luc Cloutier

Chroniqueur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ