Le mercenaire cabotin

Deadpool Jœ Kelly Omnibus Marvel
Deadpool Jœ Kelly Omnibus Marvel

Le 14 février, un autre héros de l’écurie Marvel envahira les écrans et fera, à n’en point douter, beaucoup de bruit. Créé il y a 25 ans par le scénariste Fabian Nicieza et l’illustrateur Rob Liefeld, Deadpool suscite instantanément l’intérêt des lecteurs dès son entrée dans les pages de New Mutant no 98.

Si cet émule de Bugs Bunny et du Punisher, né d’une expérimentation en laboratoire – succédant ainsi à Wolverine des X-Men -, atteint rapidement le statut de héros culte, c’est en grande partie grâce à l’apport du scénariste américain Joe Kelly, qui en fait un personnage humoristique brisant la convention du quatrième mur, procédé emprunté à la série She-Hulk animée par John Byrne au milieu des années 80. À la barre de la première série lui étant consacrée en 1997, Kelly s’amuse à déconstruire les nombreux codes régissant l’univers des superhéros. Dans le mythique no 11, les auteurs revisitent un récit d’Amazing Spider-Man de 1967, en remplaçant l’homme-araignée par Deadpool. Cette audacieuse et non moins hilarante exploration permet de saisir l’évolution narrative qu’a connue le médium du comic book. Et que dire de la brochette des pires héros et vilains du catalogue Marvel qui y défilent, sinon qu’ils nous font passer un désopilant moment de lecture.

En près de 40 numéros, Kelly y jette les bases de la mythologie atypique du mercenaire fort en gueule. De nombreux créateurs lui ont depuis succédé, mais aucun n’a su lui insuffler cette inventivité unique. Dans la pléthore de séries consacrées à Deadpool, celle de Joe Kelly demeure à ce jour le pinacle.

À propos de l'auteur

Jean-Dominic Leduc

Chroniqueur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *