Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise

bd.jpgLa bande dessinée québécoise compte plusieurs remises de prix. En 1988, le Festival de Bande Dessinée Francophone de Québec crée les prix Bédéys Causa, encore remis à ce jour. Deux ans plus tard, L’Association des créateurs et des intervenants de la bande dessinée (ACIBD) lance à son tour le Prix Onésime, qui ne durera que 3 ans. Depuis 1999, Promo 9e art anime, quant à elle, les Bédélys, dont les quatre dernières éditions se sont tenus dans le cadre du Festival BD de Montréal. Expozine, incontournable foire montréalaise du fanzine, célèbre la production locale depuis maintenant neuf ans.
Voilà que s’ajoute à cette liste l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée. Fondée en Europe il y a 31 ans, l’ACBD, qui compte 83 membres – dont 9 Québécois –, souhaite célébrer la créativité, la diversité et la richesse de la BDQ via le Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise, qui sera remis pour la toute première fois lors de la 38e édition du Salon du Livre de Montréal en novembre prochain. C’est à 23h72 de Blonk (Éd. Pow Pow), Aventures de Jimmy Beaulieu (Les Impressions Nouvelles – édition revisité des Non-Aventures publié en 2014 chez Mécanique Générale) et La guerre des arts de Francis Desharnais (Éd. Pow Pow) que revient l’honneur d’être des trois finalistes parmi les 115 titres éligibles.
Rappelons que le 9e art québécois a su s’illustrer dans la francophonie ces dernières années, notamment au Festival International de Bande Dessinée d’Angoulême, qui a octroyé le Prix du Public 2012 à Michel Rabagliati pour Paul à Québec et le Prix du meilleur album 2012 à Guy Delisle, en plus d’avoir nommé Les Nombrils, El Spectro, Mélody et Gilles La Jungle.

À propos de l'auteur

Jean-Dominic Leduc

Chroniqueur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ