De l’autre côté du cauchemar

De l’autre côté Léopold Prudon Les Enfants Rouges
De l’autre côté
Léopold Prudon
Les Enfants Rouges

Il aura fallu que la mer de Méditerranée recrache le petit Aylan Kurdi sur une idyllique plage tunisienne pour que la planète entière soit enfin témoin de la triste réalité des migrants illégaux. Derrière cette terrible photo se cachent d’innommables drames anonymes.
Léopold Prudon, étudiant aux arts décoratifs de Strasbourg, choisit d’en raconter un dans son tout premier album de bande dessinée. Un pari risqué, qu’il relève majestueusement. Il y raconte l’histoire du jeune Tunisien Hamza, qui après s’être joint au mouvement de protestation populaire pour chasser Ben Ali du pouvoir, décide de tout plaquer pour tenter sa chance en Europe. Bien que prédestiné à la solitude et la précarité financière – pour peu qu’il ne périsse pas en pleine mer sur un navire insalubre et surchargé – il se lance, comme tant d’autres.
Prudon nous invite, par le biais d’inoubliables planches, dans les coulisses de l’horreur. Son trait maîtrisé et ondulant, à l’instar des vagues léchant la coque du bateau qui le transporte, nous subjugue. L’artiste fait également preuve d’un indéniable talent de dialoguiste, comme en témoigne cet extrait : « Mets-toi à la place du cafard. Tu as toujours vécu dans le noir, les déchets et la merde… Et là, soudain, tu vois de la lumière. Tu réfléchis même pas, tu vas voir ce que c’est…T’as rien demandé à personne, mais en haut, on t’accueille avec des cris d’horreur et des grimaces de dégoût… C’est pas toi l’agresseur. » En quelques mots, il résume avec justesse la réalité de ces sans-papiers, des êtres de chair comme nous, qui n’ont pas eu notre chance à la loterie géopolitique.

À propos de l'auteur

Jean-Dominic Leduc

Chroniqueur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre