Redescendre sur terre

La semaine dernière je vous disais être en Californie pour couvrir le Salon de l’Auto de Los Angeles, et accessoirement faire l’essai d’une Ferrari California T.
Je vous ai menti sur un point, les McFlurry ne sont pas tant meilleurs là-bas. Après avoir goûté à nouveau à notre version, je constate que des morceaux de biscuits plus gros, et moins répartis, ce n’est pas tant négatif.
Quoi qu’il en soit, c’est une chose d’essayer une Ferrari où toute autre voiture du genre sur une piste pendant quelques tours à faire le malin, mais ça ne veut rien dire. Nous sommes dans une réalité qui ne nous dit rien.
Tandis que se faire lancer les clefs d’une voiture qui vaut 300 000 $ US, en se faisant dire de la ramener dans trois jours, autrement dit de faire ce que je veux, c’est spécial. Conduire une Ferrari dans la vie de tous les jours, dans le trafic, sur les boulevards achalandés, sur les routes secondaires, c’est quelque chose que l’on fait toutes les semaines, dans des voitures bien plus ordinaires. C’est là qu’on apprécie vraiment le chef-d’œuvre que représente ce genre d’automobile.
J’avais déjà conduit ce genre de voiture, mais jamais dans un contexte banal, et je comprends bien mieux, dorénavant, ceux qui avancent 450 000 $ pour une auto qui va se faire coller à 119 km/h.
À mon retour, ma voiture de la semaine, qui m’attendait sagement à la maison, était une Hyundai Veloster Rallye de 201 chevaux. En temps normal, j’aurais été excité par la petite sportive, mais sur le coup, j’avais l’impression de faire du surplace. Finie, la seule bouteille de champagne qu’on se partage à 20 au Jour de l’an, on ouvre le mousseux du restant de la soirée.
Cette semaine, j’ai une Yaris Berline. Comme c’est une Mazda2 mexicaine avec un badge Toyota, et comme nous n’aurons jamais la nouvelle Mazda2 au Canada, autant dire que j’ai une Mazda2. Passer d’un extrême à l’autre est rafraîchissant, et ne me fait que caresser davantage un souvenir qui, déjà, est une fantasmagorie lointaine.

À propos de l'auteur

Marc André Gauthier

Chroniqueur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
FAITES-VITE
PUBLICITÉ