Vote des jeunes : La solution vient de Sainte-Marthe

: Audrey Dupras, une jeune femme de Sainte-Marthe qui entend faire bouger les choses dans le futur. Photo Stéphane Fortier

Au Québec, on compte plus de 2 millions de jeunes de 18 à 24 ans et de ce nombre, la moitié n’a pas l’intention d’exercer leur droit de vote lors du prochain scrutin de 2018. Comment solutionner le problème?

-Société Avec trois autres collègues, une jeune marthéene de 18 ans, Audrey Dupras, étudiante au Collège de Valleyfield semble avoir trouvé la solution. En fait, sa solution est tellement bonne que le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), Pierre Reid, a retenu l’idée et s’en servira comme base de départ.

Idéalisme réaliste

Mais parlons d’abord de l’origine du projet. Il faut d’abord savoir que l’Institut du Nouveau Monde (INM) est un organisme non partisan dont la mission est d’accroître la participation des citoyens à la vie démocratique. Aujourd’hui, les principaux champs d’expertise de l’INM sont: la participation citoyenne, la démocratie participative, l’acceptabilité sociale, la gouvernance participative, l’entrepreneuriat social et l’innovation sociale.

Des jeunes y présentent leur vision du monde de façon générale. Audrey et ses collègues ont orienté leur pansée sur la société québécoise. « À la base, je ne crois pas que tous naissent égaux. Il y a des inégalités flagrantes dans notre société. À partir de ce constat, ce qu’il faut atteindre comme objectif, c’est d’en arriver à une plus grande équité. Donner 4 $ à tout le monde, c’est faire preuve d’égalité. Ne pas donner les mêmes 4 $ à ceux qui n’en ont pas besoin et le redistribuer à ceux qui en ont vraiment besoin, ça c’est l’équité », énonce Audrey Dupras. Si on donne la chance à tout le monde d’atteindre les mêmes objectifs, nous  serons plus équitables, selon celle qui s’est concentrée sur la justice sociale et le monde du travail.

Faire sortir le vote des jeunes

Présenté à l’Institut du Nouveau Monde il y a quelques mois, le plan d’Audrey Dupras, Philippe Beaulieu (Cégep Maisonneuve) Marie-Claire Murphy (Cégep de Granby) et Louis Deschamps (Cégep Gérald-Godin), a su vivement intéressé  les personnes présentes à l’Institut du Nouveau Monde, dont, outre le DGEQ, plusieurs députés représentant différents partis politiques. « La politique, c’est la base de notre société. Si nous n’utilisons pas notre droit démocratique, on ne peut avancer et avoir une société à notre image », lance Andrey Dupras d’entrée de jeu.

Pourquoi les jeunes sont si peu intéressés par la politique ? « Nous avons réalisé que c’est surtout en région éloignée que les jeunes votaient le moins. Le taux est seulement de 20 % à 30 %. Dans bien des régions, on forme des travailleurs avant de former des citoyens. Je crois qu’il faut faire le contraire », explique-t-elle. Ainsi, selon elle, avec une équipe d’informateurs, qui irait rencontrer les jeunes dans les écoles techniques et les cégeps en leur présentant, sans aucune partisanerie les plates-formes de tous les partis politiques, cela permettrait aux jeunes de se faire une opinion. « Si tu essaies de leur faire rentrer une idéologie dans le crâne, tu risques de les perdre.  Il faut leur montrer toute la beauté de la décision qu’ils doivent prendre derrière le paravent du bureau de votation et leur faire réaliser que cette décision peut influencer les quatre ou cinq prochaines années de leur vie », démontre Audrey Dupras.

Pour elle, il est clair que cette étape doit précéder toute participation à de la sollicitation partisane. « Il est important qu’ils se fassent leur propre opinion d’abord et avant tout. Ensuite, ils pourront assister à des assemblées politiques, histoire de voir comment pensent les adeptes des différents partis », croit Audrey.

Audrey Dupras sera inscrite, l’année prochaine, à l’Université d’Ottawa en double baccalauréat, Droit et Sciences sociales, avec spécialisation en relations internationales et mondialisation. Par la suite, elle entend faire son Jurist Doctor.

Chose certaine. Audrey est très fière de voir que la voix des jeunes a été entendue et que le projet présenté sera mis en application.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *