Victoire de Francis Lafrenière à Québec

En remportant la ceinture NABO au Centre Vidéotron le 24 février, le boxeur de Coteau-du-Lac Francis Lafrenière se voit propulser au top 15 mondial. Un tournant dans sa carrière.

Robert Lévesque/Photozone-GYM

Dans son vestiaire du Centre Vidéotron, quelques minutes avant de monter sur le ring, Francis Lafrenière était dans sa bulle.

Alors que le jeune boxeur français Christian M’Billi infligeait une correction en règle à Jesus Olivares, le boxeur de Coteau-du-Lac se préparait à cette ultime étape d’une longue préparation, en coulisse, auprès de son équipe.

Après un solide camp d’entraînement, l’athlète se sentait au meilleur de sa forme, en pleine confiance.

Un long parcours

Deux semaines avant ce moment décisif, Francis Lafrenière s’approchait de l’apogée de sa préparation physique. Déjà, il se sentait en pleine confiance. « Plus le combat approche, plus je me sens confiant. Je sens que la chance va tourner en ma faveur. Je ressens vraiment quelque chose de plus cette fois », avait-il confié à VIVA média, 10 jours avant le combat.

Rencontré en plein entraînement au Centre multisport de Vaudreuil-Dorion, le préparateur physique de Francis, Damien Orfanou, était lui aussi très satisfait du cheminement de l’athlète. « À ce stade-ci, Francis est au top de sa forme. Il est là où il le faut en termes de préparation physique. Everything is coming together », avait exprimé le spécialiste.

Même discours du côté de l’entraîneur de Francis, Howard Grant. « Les camps d’entrainement ne sont pas difficiles avec Francis, car il se donne à 100 %. J’aime beaucoup travailler avec lui. L’enjeu est gros pour lui cette fois, mais j’ai toujours confiance en lui », a-t-il laissé savoir en entrevue.

Le jour J

Relativement calme dans sa chambre d’hôtel, après avoir terminé son processus de réhydratation, Francis a eu la générosité d’accueillir l’équipe de VIVA média, pour un petit entretien.

« À ce stade-ci, je ne suis pas stressé. J’ai plutôt hâte. Le stress embarque dans le vestiaire, une heure avant le combat. Mais mes devoirs sont faits. Il ne me reste qu’à le démontrer », a-t-il dit.

Prêt physiquement et mentalement, il savait aussi qu’il pourrait compter sur l’énergie de la foule. « On a vendu plus de 150 billets, c’est super. Pour moi, c’est de la belle énergie. Je pars à la guerre avec une foule derrière moi. Ce sont tous mes soldats qui sont prêts avec moi. C’est une poussée de plus », a exprimé l’athlète.

Un duel serré

À sa sortie des vestiaires, alors qu’il marchait vers son coin et que retentissait son nom dans l’amphithéâtre, Lafrenière a pu ressentir ce soutien dans la foule, qui scandait son nom.

Le combat, au fil des rounds, s’est déroulé de manière très serrée. À quelques reprises, Uriel Gonzalez a effectué des manœuvres pour gagner du temps; des manœuvres que Lafrenière a soulevées à l’arbitre.

Au final, le boxeur de Coteau-du-Lac a mis la main sur le titre par décision divisée, avec une fiche de 96-94, 95-96, 98-92.

« Mon adversaire a fait quelques manœuvres comme cracher son protecteur buccal, par exemple. Ces manœuvres m’ont sorti de ma zone de confort. Sans cela, j’aurais remporté haut la main », a souligné Lafrenière, à l’issue du combat.

Francis Lafrenière ajoute donc la ceinture NABO à sa collection, qui compte la ceinture IBF International poids moyen et champion canadien CPBC.

Prêt pour des vacances après ce périple, Lafrenière a toutefois donné rendez-vous à son équipe à son club de Saint-Clet dès le 27 février.

À ne pas manquer

L’équipe de Vaudreuil-Soulanges.tv a suivi Francis Lafrenière lors de son camp d’entraînement au gym Grant Boxing et au Centre multisport de Vaudreuil-Dorion. Elle était aussi du périple à Québec, suivant le parcours de l’athlète lors de sa pesée, de sa préparation et de son combat. Howard Grant et Yvon Michel, entre autres, ont parlé de leur appréciation du champion au micro de Vaudreuil-Soulanges.tv. Suivez notre page Facebook pour visionner cette vidéo exclusive.


« Pour moi, la boxe est plus qu’un sport. C’est comme la vie. Si tu baisses les bras, tu te fais ramasser. Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre »
-Francis Lafrenière

« Francis Lafrenière a un style que le public aime. Et au-delà de son style, quand tu connais l’individu, il a une personnalité exceptionnelle »
-Yvon Michel, président Groupe Yvon Michel (GYM)

Crédit Photo à la une : Robert Lévesque/Photozone-GYM.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *