Une sucrerie réclame de l’asphalte à Sainte-Marthe

Le bout du rang Saint-Guillaume à Sainte-Marthe aurait besoin d’être asphalté, selon la propriétaire de la Sucrerie De Bellefeuille. Photo Stéphane Fortier

Nancy De Bellefeuille, propriétaire de la Sucrerie De Bellefeuille à Sainte-Marthe, en a assez de voir sa clientèle emprunter une route pleine de trous et de boue chaque printemps.

C’est la raison pour laquelle, à plusieurs reprises, elle a demandé aux autorités municipales d’asphalter le bout du rang Saint-Guillaume qui conduit à son commerce. « Ce n’est pas un chemin privé, c’est la responsabilité de la Municipalité de faire en sorte que les routes soient impeccables, de dire Nancy De Bellefeuille. Cela fait deux ans que je les achale avec ça », mentionne-t-elle.

Il est clair que si cette portion de route lui appartenait, elle serait plus belle. « On s’en occuperait », lance-t-elle convaincue.  Du même souffle, elle admet que le chemin est ouvert et entretenu au besoin.  Mais ? « Ils ont mis une affiche sur laquelle est inscrit qu’il s’agit d’un chemin agricole, autrement dit que c’est une route à nos risques, mais passé cette affiche, il y a toute de même trois maisons », rappelle-t-elle. Selon Nancy de Bellefeuille, il y a plusieurs kilomètres à faire pour avoir une route digne de ce nom. « Les gens n’aiment pas emprunter des routes qui risquent d’endommager leur voiture »,

« La Municipalité, la mairesse Aline Guillotte en tête, semble comprendre le problème, mais des conseillers municipaux ont affirmé que cela ne valait pas la peine d’asphalter ce bout de chemin pour la cabane à sucre, déplore la propriétaire.  Nous, on est un commerce, on a un permis de restaurateur. Nous pourrions être ouverts à l’année. Nous recevons 4 000 personnes par année en ajoutant les fêtes de Noël et les célébrations de mariage. En tant que commerce, nous avons le droit de bénéficier d’une route asphaltée. Notre sucrerie est le seul commerce à ne pas en avoir une », fait remarquer Nancy De Bellefeuille qui invoque également le fait que les sucreries font vivre Sainte-Marthe.

Pas riche

La mairesse de Sainte-Marthe, Aline Guillotte, bien qu’elle comprenne la situation, rappelle d’entrée de jeu que la Municipalité ne baigne pas dans l’abondance. « Nous sommes une petite municipalité et nous ne sommes pas très riches. Récemment, nous avons asphalté 4 kilomètres de route et cela a coûté près d’un million. Nous faisons de notre mieux avec les moyens que l’on a », fait savoir la mairesse.

Même si, pour l’instant du moins, il n’est pas question d’asphalter le bout du rang Saint-Guillaume, il n’en reste pas moins que la Municipalité voit à son entretien. « Nous venons de mettre quatre voyages de pierres sur 700 mètres de cette route.  Nous voulions le faire la semaine dernière,  mais la pluie a retarder la procédure », justifie Aline Guillotte.

Cette dernière tient toutefois à se faire rassurante. « Je ne dis pas qu’un jour, cela ne se fera pas, mais avec la roche qui vient d’être épandue, cette route devrait être plus carrossable », précise-t-elle.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *