Une scène percutante

vec l’aide du Club Optimiste, du Service de  pompiers de Rigaud et de la Sûreté du Québec, entre autres, des élèves du Collège Bourget ont procédé à une simulation d’accident devant leurs confrères de classe afin de les sensibiliser aux dangers de la témérité au volant. (Photo : Marie-Maxime Cousineau)
vec l’aide du Club Optimiste, du Service de pompiers de Rigaud et de la Sûreté du Québec, entre autres, des élèves du Collège Bourget ont procédé à une simulation d’accident devant leurs confrères de classe afin de les sensibiliser aux dangers de la témérité au volant. (Photo : Marie-Maxime Cousineau)

Simulation d’accident au Collège Bourget

Afin de sensibiliser les jeunes aux dangers de la témérité au volant, le Club Optimiste de Rigaud a organisé une simulation d’accident troublante à l’intention des élèves de cinquième secondaire du Collège Bourget mardi matin.

C’est sous la forme d’une pièce de théâtre que ce sujet a été abordé auprès des 200 élèves de cinquième secondaire du collège.

Au début de la pièce, des élèves festoient autour d’un feu de camp en cette fin d’année scolaire qui approche à grands pas. Après quelques consommations, l’un d’eux décide de prendre le volant, malgré les avertissements de ses amis. S’ensuit un fracas terrible.

Puis, on demande à tous les spectateurs de la pièce de quitter la salle et de se diriger vers la cour extérieure du Collège Bourget, où retentissent des sirènes. Abasourdis, les élèves constatent qu’une intervention policière a été mise en scène dans la cour d’école. Deux voitures se sont entrechoquées et des victimes gisent à l’intérieur comme à l’extérieur des véhicules. Des policiers, ambulanciers et pompiers s’affairent autour des victimes, démontent les portières des véhicules afin de les libérer, les allongent sur des civières, arrêtent le conducteur en état d’ébriété. La scène dure 30 minutes. Ensuite, les spectateurs regagnent la salle.

Cette mise en scène troublante était une initiative des Clubs Optimistes de Rigaud et de Coteau-du-Lac, qui ont collaboré avec les services de pompiers de la Municipalité, la Sûreté du Québec ainsi que la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM), qui ont ensuite été invités à s’adresser aux jeunes.

Conscientiser les jeunes

« La scène représentée à l’extérieur n’était pas complexe et, pourtant, elle a duré une trentaine de minutes, le temps réel d’une opération similaire, a expliqué Sylvain Brazeau du Service de pompiers de Rigaud. Nous devons cependant affronter des accidents plus importants. Nous avons l’air fort de l’extérieur, mais ça remue énormément en dedans. »

Quant à Martin Carrier, policier de la Sûreté du Québec, il évoque la difficulté d’annoncer la mort d’un adolescent ou d’un jeune adulte à ses parents. « C’est l’une des pires parties de notre travail, précise-t-il. On ne s’y habituera jamais. Les parents ne sont pas censés enterrer leurs enfants. »

Puis, l’agent en assurances Danny Lalonde s’est également adressé aux élèves, exposant les conséquences d’une conduite dangereuse. « Les personnes aux prises avec un dossier criminel se heurteront à des refus catégoriques de la part des compagnies d’assurance, explique-t-il. Elles devront faire affaire avec des marchés sous standard et payer de trois à cinq fois le prix d’une assurance régulière. » Danny Lalonde rappelle également que les jeunes détenteurs de permis probatoires ne peuvent recourir à une clause de pardon permettant d’effacer les traces d’un premier incident. Enfin, un conducteur pris en état d’ébriété subira les répercussions de son comportement pendant cinq à six ans auprès des compagnies d’assurances.

Attention sur les routes

Avec la fin de l’année scolaire, arrivent les bals de fin d’études. On boit plusieurs consommations entre amis tout en se remémorant les bons souvenirs. Les directions d’écoles, la Sûreté du Québec, la CETAM, et les nombreux services qui y sont rattachés invitent les jeunes à faire preuve de prudence sur la route, surtout en cette période festive. Une mort est vite survenue et, souvent, ce n’est pas le conducteur ivre qui est blessé. « Votre avenir commence, ne l’assombrissez pas d’un nuage noir », met en garde un membre du Club Optimiste.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *