Parc aquatique intérieur à Saint-Zotique: Une nouvelle qui fait des vagues

Fin 2018, la plage de Saint-Zotique attirera un nouveau type de baigneurs grâce au méga projet de construction d’un parc aquatique intérieur d’un promoteur privé. 

Le projet touristique représentant des investissements de 80 M$ à 100 M$ est un parc aquatique intérieur ouvert à l’année, comprenant des glissades d’eau et une piscine à vagues, du même genre que Bora Parc à Valcartier, qui a ouvert ses portes en décembre dernier après 16 mois de travaux et un investissement d’environ 70 M$.

Lors de la réunion du conseil municipal du 21 mars, la Municipalité a donné l’avis d’intention au promoteur. Il y a eu une étude à la suite de l’appel d’intérêt lancé par la Municipalité, il y a huit mois, et un promoteur a été retenu. Il reste maintenant à signer les contrats entre la Municipalité et le promoteur.

« Présentement, le promoteur est à terminer ses études de marché et devrait aller de l’avant aussitôt que le contrat va être signé entre la Municipalité et le promoteur pour s’installer à la plage. C’est un beau produit. On parle d’une soixantaine d’emplois à temps plein. On travaille fort à Saint-Zotique », était fier d’annoncer le directeur général Jean-François Messier à VIVA média.

Partenariat public-privé

Le projet est privé. C’était la condition au niveau de l’appel d’intérêt fait par la Municipalité. Saint-Zotique offre le terrain à la plage, mais donne une emphytéose de 50 ans sur le terrain. La Municipalité ne vendra pas et restera propriétaire du terrain. Le nom du promoteur n’est pas encore connu, bien que la Municipalité ait donné l’avis d’intention mardi.

« Lors de la prochaine étape, qui devrait se faire au début de l’été, on va annoncer le nom du promoteur qui va prendre le projet. Actuellement, il peut toujours se retirer. C’est un avis d’intention des deux parties, mais il n’y a pas de contrat de signé formellement. Cela va se faire sous la prochaine résolution, lorsque le promoteur aura terminé son étude de marché et son plan d’implantation », explique Jean-François Messier.

Le nombre de visiteurs attendus au parc aquatique sera annoncé lorsque le promoteur s’installera. Avant de signer quoi que ce soit, la Municipalité a demandé une étude de marché en fonction des revenus anticipés. Le projet a été présenté au conseil, qui s’en est dit satisfait.

« C’est un partenariat public-privé dans le sens où la Municipalité doit pouvoir accommoder les installations au niveau de poussée d’eau et d’égouts. C’est la portion de la Municipalité qui sera établie en fonction de ce que le promoteur va présenter. L’infrastructure porteuse sera assumée par le privé », précise Jean-François Messier, ajoutant que la Municipalité est dans un projet d’augmentation de capacité de filtration.

Développer l’économie

Quand la plage a ouvert en 1982, les compétiteurs étaient très fragmentés. Les plages Saint-Timothée, Le Sablon et celle du parc Jean-Drapeau n’existaient pas, ni le Super Aqua Club de Pointe-Calumet. « À travers les années, les compétiteurs se sont introduits. On plafonne et l’on est rendus à maturité sur le produit. Le conseil a demandé de voir la possibilité d’ouvrir d’autres produits émergents qui permettraient d’amener de l’eau au moulin et de créer de l’emploi », souligne Jean-François Messier, ajoutant que dans le plan de développement économique 2016-2020, la plage était ciblée comme un produit d’appel important. « On cherchait un produit complémentaire pour se différencier dans la région et dans la grande région de Montréal. C’est là où dans l’étude de 2013 et dans le plan économique de 2016, on élaborait un projet d’envergure à la plage. »

Dans son plan de développement économique 2016-2020, la municipalité de Saint-Zotique a, en effet, identifié quatre orientations dont l’une était de renforcer l’image de la Municipalité et de lui donner une identité forte autour de ses principaux actifs maritimes (lac Saint-François / plage / canaux). Une autre était de développer et de mettre en oeuvre les trois axes prioritaires de développement économique de la municipalité : commercial, récréotouristique et industriel.

Parmi les stratégies de la Municipalité, on retrouve le fait de développer la plage et l’accès au fleuve comme actifs économiques et distinctifs, de dynamiser et de développer l’offre récréotouristique, ainsi que de favoriser une plus grande diversité d’activités de sport et loisirs et d’infrastructures sportives. Les pistes d’action proposées par le plan de développement comprenaient le fait de favoriser l’accès à de l’équipement aquatique quatre saisons à la plage ainsi que d’élaborer et de mettre en oeuvre un plan de développement de la plage visant à maximiser son exploitation à l’année.

« Nous on est dans le récréotourisme. Tout ce qui capte ces éléments-là est structurant et rentre bien dans la complémentarité de Valleyfield, Vaudreuil et Cornwall qui sont les trois gros bassins qui nous entourent », avance le directeur général.

Talk of the town

Un projet de cette ampleur fait nécessairement jaser à Saint-Zotique. Tout porte à croire que des prospections en hôtellerie s’en viennent également en lien avec ce projet. « Tout est possible. L’objectif de toute municipalité en lien avec le récréotourisme est de conserver les gens. En ce moment, c’est du tourisme de passage, mais nous on veut les garder avec nous. Les complexes hôteliers vont probablement suivre. C’est un autre élément, du plan de développement sur lequel la Municipalité veut travailler », confirme Jean-François Mercier.

Le directeur général affirme que la Municipalité est très heureuse et que tout le conseil est derrière le projet. Un projet commercial de la sorte permettra de diversifier l’assiette fiscale. « En ce moment, 91 % des retours de taxes qui financent la Municipalité viennent du résidentiel. Le commercial c’est très peu. On parle de 3,27 % de recettes fiscales », précise Jean-François Messier, ajoutant qu’il était très clair pour le conseil municipal que les contribuables ne devaient pas être touchés au niveau de leurs taxes, d’où le choix d’aller en appel d’intérêt.

Le bien-être des citoyens est aussi important pour la Municipalité, qui affirme qu’ils ne seront pas embêtés par le nouveau parc aquatique puisque les voies de circulation sont en périphérie de la ville. « Actuellement, il y a plusieurs questions, mais l’accueil est positif », conclut le directeur général de Saint-Zotique.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre