Une fête pour les nouveaux murs de l’église Sainte-Jeanne-de-Chantal

Le 11 juin 2017, le Conseil de la Fabrique de la paroisse Sainte-Jeanne-de-Chantal soulignait le 168e anniversaire de l’arrivée de la statue de Notre Dame de La Garde dans la paroisse.La paroisse et ses dirigeants ont profité de cette occasion pour souligner la restauration des murs de l’église Sainte-Jeanne-de-Chantal et d’en faire l’inauguration officielle.

Cette inauguration visait à présenter à la communauté de l’île Perrot toute la splendeur de ce monument historique qui règne sur son territoire depuis 1774 et à souligner l’apport exceptionnel de la Fondation du patrimoine Sainte-Jeanne-de-Chantal pour le rôle essentiel qu’elle a joué dans la restauration de ce joyau. Les paroissiens qui se sont déplacés ont pu assister à une messe commémorative de l’arrivée de Notre-Dame de la Garde, célébrée par l’abbé Gabriel Mombo Pfutila en concélébration avec l’abbé Laurier Farmer et animée par la chorale Eklézio.
Sur le coup de midi, l’assemblé a eu droit à une page d’histoire sur les pierres de l’église Sainte-Jeanne-de-Chantal préparée par l’historienne Lise Chartier et à la projection de l’histoire des murs de l’église réalisée par le cinéaste Daniel Bertolino.
Avant de participer à la coupure de ruban officiel de l’inauguration des murs extérieurs par le Conseil de la Fabrique et les membres du conseil d’administration de la Fondation, l’Abbé Gabriel Mombo curé de la paroisse, le président de la Fondation Richard Mainville ainsi que Jean Fournel, conseiller de la ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, se sont adressés aux participants afin de souligner cette belle réussite.
Après l’inauguration, la municipalité de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot qui tenait à être de la fête a offert aux citoyens présents un vin d’honneur afin de reconnaître le travail amorcé de longue date par la Fabrique et la Fondation et surtout pour souligner le merveilleux résultat de cette mise en commun des efforts de chacun.
Le Club Richelieu île Perrot est venu encore cette année clôturer la fête Notre-Dame de la Garde en préparant pour les convives un dîner hot-dog permettant ainsi à tout le monde d’échanger sur la splendeur de l’église.

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *