Une aide de 132, 250 $ pour l’économie circulaire de Vaudreuil-Soulanges

Pascale St-Germain (Comité 21), Jean Lalonde, préfet de la MRC, Marie-Claude Nichols, députée de Vaudreuil, Hans Gruenwald, maire de Rigaud, Lucie Charlebois, ministre et députée de Soulanges, Lorraine Simard (Comité 21) et Marc Charlebois, directeur général de Mersen Canada, tous fiers de l’annonce de l’aide financière de 132, 250 $.

La ministre responsable de la Montérégie et députée de Soulanges, Lucie Charlebois  et sa collègue députée de Vaudreuil, Marie-Claude Nichols, étaient à Rigaud le 2 mars afin d’annoncer une aide financière à l’organisme Comité 21.

De fait, c’est une somme de 132 250 $ qui a été accordée au Comité 21 Québec dont l’objectif est d’encourager l’économie circulaire dans la région de Vaudreuil-Soulanges. Ce montant servira notamment à réaliser la phase d’expansion du projet d’écosynergie d’affaires.

Cette aide, assurée notamment par Recyc-Québec, servira à financer la deuxième phase du projet de Comité 21 Québec visant à accompagner les entreprises de Vaudreuil-Soulanges dans l’économie circulaire par l’exploitation et la valorisation des matières résiduelles. Elle permettra aussi de mobiliser davantage d’entreprises et d’organismes, et d’augmenter le volume des matières résiduelles à redistribuer, pour éviter de diriger celles-ci vers les sites d’enfouissement.   Ce financement vise une soixantaine d’entreprises de Vaudreuil-Soulanges.

« Cette aide financière permettra aux entreprises de Vaudreuil-Soulanges de moderniser leurs processus et de se positionner comme leaders en matière d’économie circulaire. C’est toute la région de la Montérégie qui bénéficiera d’un savoir-faire innovant, de rappeler la ministre Charlebois. Depuis des décennies, nous vivons dans une économie linéaire. Grâce à l’économie circulaire, le cycle de vie des matériaux est plus grand et l’on produit beaucoup moins de déchets », a mentionné Lucie Charlebois qui est heureuse que la région ait fait des pas de géant dans le domaine.

Marc Charlebois, directeur général de l’entreprise Mersen Canada, qui fait partie de la première cohorte de participants au Comité 21, a souligné cette belle initiative qui a été mise sur pied. « L’objectif est clair, le succès assuré, mais il faut rester motivé, resserrer les liens, en créer de nouveaux et, surtout, ne pas s’arrêter », a déclaré Marc Charlebois.

« Cette 2e phase du projet, en plus de dresser un portrait territorial des pratiques en matière de gestion des matières résiduelles du secteur des industries, vise aussi à partager une vision du développement  économique durable et de lutte contre les changements climatiques en collaboration avec les villes, institutions et les associations, histoire d’apporter une innovation verte dans la région », a expliqué Lorraine Simard, secrétaire générale et cofondatrice de Comité 21.

Rappelons que depuis 2016, le Comité 21 Québec accompagne les acteurs économiques dans la mise en place de stratégies et d’actions concrètes en faveur d’une culture commune de développement durable. La phase 1 du projet a permis de suivre une première cohorte de onze entreprises. Le financement annoncé aujourd’hui permettra la formation d’une deuxième cohorte de soixante entreprises et leur permettra de dresser un portrait régional de la gestion de leurs matières résiduelles.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre