Un patrimoine que l’on ne remarque plus

La croix de chemin située sur le chemin Ste-Julie entre Saint-Justine-de-Newrton et Saint-Clet.

Saviez-vous qu’il existe plus d’une soixantaine de croix de chemin dans la région de Vaudreuil-Soulanges?

Un Rigaudien, Jean-Yves Paquin, avait recensé ces croix et, selon ses observations, sur les 23 municipalités de la MRC de Vaudreuil-Soulanges , c’est Rigaud qui en compterait le plus avec 15 croix. Celle qui avait été détruite par un accident est revenue à la vie l’année dernière. Saint-Polycarpe suivrait avec sept et on peut en voir cinq à six dans plusieurs autres municipalités, tels Côteau-du-Lac, Les Cèdres, Saint-Clet, Sainte-Marthe et Vaudreuil-Dorion.

Mais les experts en la matière se trouvent également à Rigaud. André Leroux et son fils François Leroux, ont non seulement compilé le nombre de nos croix de chemin, mais ont également des documents photographiques sur toutes ces croix.

« Les gens ne savent pas nécessairement ce que sont les croix de chemin quand on leur en parle, ils confondent souvent avec le chemin de croix. Plusieurs en ont une à proximité de chez eux et ne savent même pas qu’elles sont là », se désole François Leroux qui à commencer à travailler sur un livre traitant des croix de chemin.

Jusque dans les années 1950, il y avait une croix de chemin dans tous les rangs. « Il y avait ces croix de chemin parce que les terres étaient éloignées des villages, donc des églises. Cela permettait aux gens des rangs d’aller prier, de se recueillir et elles servaient pour les fêtes religieuses également », relate André Leroux qui avait déjà organisé une exposition sur l’histoire des postes à Rigaud.

Types de croix

Il y trois modèles de croix de chemin. « Il y a d’abord la croix simple avec un poteau ou hampe et traverse avec parfois des éléments décoratifs aux extrémités. Ensuite, la croix aux instruments de la Passion.  Sur la traverse on retrouve généralement des objets symboliques qui peuvent varier, par exemple la lance, l’éponge, le marteau, les clous, la couronne d’épines, etc., et la croix votive. Dans ce dernier cas, elle témoigne d’un voeu particulier ou on plante la croix pour obtenir une faveur ou plus souvent on érige la croix pour une faveur obtenue », explique François Leroux.

Il peut également arriver que la croix de chemin soit plutôt un calvaire qui représente le Christ en croix. Il est parfois surmonté d’un édicule. La Vierge et l’apôtre Jean se retrouvent à l’occasion au pied de la croix. Il y a aussi la croix commémorative qui rappelle aux gens le site d’un événement. La croix de fondation soulignant la prise de possession de l’homme sur sa nouvelle terre et la croix de dévotion publique. On  parle ici de la traditionnelle croix de chemin qui est un lieu de rassemblement.

Il arrive que la croix soit entourée d’une petite clôture. Elle représente le lieu saint, la terre sainte », explique François Leroux. D’autres ont des niches où l’on retrouve, par exemple, une statue de la vierge ou autre personnage de la Sainte Famille.

En voie de disparition

Même si dans Vaudreuil-Soulanges, on compte un bon nombre de croix, il n’en reste pas moins qu’elle sont en voie d’extinction. « Elles ont tendance à disparaître. Elles sont pratiquement toutes en bois et elles pourrissent si les gens les laissent à l’abandon et elles coûtent cher à entretenir », fait remarquer François Leroux.  Heureusement, des Chevaliers de Colomb et certains citoyens contribuent à maintenir en vie ces pièces de notre patrimoine.

« François Leroux a  rencontré beaucoup de propriétaires de terres sur lesquelles se trouvent des croix de chemin. « La plupart en prennent soin et ils veulent qu’elles restent sur leur terrain. C’est une façon pour eux de conserver le patrimoine. D’autres ont acheté une propriété où se trouve une croix, mais ils ne s’en occupent pas », raconte-t-il.

Il arrive que des croix ressuscitent comme la croix du rang Saint-Thomas à Rigaud qui avait été gravement endommagée par un accident et a été refaite récemment.

Par ailleurs, André Leroux s’inquiète également des bâtiments de ferme qui font également partie du patrimoine, agricole celui-là. « Elles commencent elles aussi à disparaître et je m’empresse de prendre des photos, comme nous avons, d’ailleurs toutes les photos des chemins de croix de la région », nous dit André Leroux.

Des honneurs

En 2016, la croix de chemin de Les Coteaux, située sur la route 338 à l’intersection de la rue Provost, a été retenue parmi les 42 plus belles au Québec, dans le cadre du concours des Fêtes patrimoniales de l’Acadie 2016.

La croix de chemin de Les Coteaux avait décroché le 16e rang sur plus de 3000 croix au Québec, et le 2e rang des coups de cœur du public. L’équipe de restauration, dirigée par Yvon Felx, avait réalisé un travail hors pair. « Cette croix était nouvelle et c’est le curé Luc Beaudin qui nous avait demandé de la concevoir », rappelle Yvon Felx et, en 1998, nous nous exécutions.

J’avais aussi supervisé la réalisation de la réplique de la croix du chemin des Chenaux à Vaudreuil-Dorion. La croix originale avait été érigée en 1934 sur le terrain familial du chanoine Lionel Groulx. Cette croix a aussi été retenue dans les 42 plus belles du Québec.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre