Un avis sur le site internet fait jaser

Depuis le dévoilement du nouveau site internet de la Ville de Vaudreuil-Dorion, certaines voix se sont élevées dénonçant le fait que le site ne s’afficherait que dans la langue de Molière.

Un avis sur le site précise que « pour qu’une municipalité offre des services dans les deux langues officielles, la moitié de la population doit être composée de résidents dont la langue maternelle est l’anglais, ce qui n’est pas le cas de Vaudreuil-Dorion.

Un avis sur le site précise que « pour qu’une municipalité offre des services dans les deux langues officielles, la moitié de la population doit être composée de résidents dont la langue maternelle est l’anglais, ce qui n’est pas le cas de Vaudreuil-Dorion. À cause du statut de la Ville, la Charte de la langue française demandent que seul le français soit utilisé dans la correspondance, la rédaction et la publication de documents sauf dans les cas où la santé ou la sécurité publique requièrent l’utilisation d’une autre langue

« Il est d’abord important de préciser que le statut de Vaudreuil-Dorion est d’être une ville francophone, mentionne d’entrée de jeu Jessica Genest, conceptrice du site et chargée de communications à la Ville de Vaudreuil-Dorion. Nous n’utilisions pas une autre langue que le français sur l’ancien site de toute façon », explique Jessica Genest qui précise que les derniers chiffres démontrent que Vaudreuil-Dorion n’atteignait pas le chiffre de 50 % d’anglophones et ainsi devenir une ville bilingue.

Le maire de Vaudreuil-Dorion, quant à lui, s’est montré plus incisif envers ceux qui se sont plaints de la situation. « Je n’ai pas l’habitude de mâcher mes mots et je puis d’abord vous dire que si les gens qui se plaignent, disent et écrivent n’importe quoi, prenaient le temps de lire la loi provinciale, ils sauraient que nous n’avons pas le droit de présenter un contenu dans une autre langue que le français, affirme Guy Pilon d’entrée de jeu. En tant que ville, nous sommes bien mal placés pour contrevenir aux lois, lois que nous respectons peu importe le domaine », poursuit-il.

Guy Pilon indique que ce n’est pas la quantité des gens qui parlent anglais dans une ville qui comptent, mais la quantité de personnes qui ont l’anglais comme langue maternelle. Pour lui, ce n’est pas du tout la même chose. « Le jour où nous aurons le statut de ville bilingue, cela me fera plaisir et à ce moment-là, notre site internet sera dans les deux langues. En attendant, ceux qui ont des plaintes à formuler, qu’ils m’appellent, je vais leur expliquer », de conclure le maire de Vaudreuil-Dorion.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *