Terrain glissant

La Ville a ordonné une suspension des travaux jusqu’à nouvel ordre.
La Ville a ordonné une suspension des travaux jusqu’à nouvel ordre.

Notre-Dame-de-l’Île-Perrot

Des résidents de la 160e avenue à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot sont très inquiets. Ils craignent que des travaux de construction effectués par le propriétaire d’un terrain à proximité soient à l’origine de dégâts sur leur propriété.

En effet, des Perrotdamois de ce secteur ont profité de la tribune de la séance ordinaire du conseil municipal pour faire part de leurs appréhensions. En effet, le propriétaire d’un terrain sur la rive du fleuve Saint-Laurent a entrepris récemment la construction d’une maison. Certains citoyens ont constaté, par exemple, des fissures à la fondation de leur maison, et d’autres que le terrain devenait très mobile. C’est le cas de Lyne Pelletier. « Depuis quelque temps, j’ai constaté que les marches devant ma maison se déplacent par rapport au bâtiment. Actuellement, l’escalier a bougé d’environ une dizaine de centimètres », explique la propriétaire.

Ainsi, les citoyens concernés ont fait le lien entre ces désagréments et la construction près de chez eux. Lyne Pelletier poursuit : « Pour aménager le terrain, l’entrepreneur travaille avec de la machinerie lourde. Ça a un effet sur le sol. »

Pour plusieurs, la Ville a commis un manquement en ne faisant pas un suivi plus rigoureux des travaux effectués dans leur voisinage.

Explications des autorités

La mairesse Marie-Claude Nichols a bien entendu les préoccupations de ses concitoyens et elle se défend de ne pas avoir agi en amont. « Avant d’amorcer les travaux, les responsables du projet nous ont soumis des plans tout à fait conformes. Des voisins nous ont appelés pour nous mentionner que l’entrepreneur, au cours des travaux, ne respectait pas certains règlements, mais, après un avis de notre part, il s’est ravisé. Nous ne pouvons pas avoir un surveillant sur place 24 heures sur 24 », argumente-t-elle.

Par ailleurs, la Ville a demandé à l’entrepreneur de stopper ses travaux. « Nous avons embauché un ingénieur en géotechnique qui évaluera la situation », explique l’élue.

La Ville attend le rapport de ce spécialiste d’ici 14 jours. Par la suite, la mairesse assure qu’elle se pliera à ses recommandations. « Cette expertise coûte 10 000 $ à la Ville, mais notre priorité est la sécurité des citoyens », précise-t-elle.

Dans l’éventualité où l’entrepreneur est dans le tort, les résidents touchés pourraient être dédommagés par l’assureur de l’entrepreneur. Marie-Claude Nichols rappelle aussi que si le rapport indique que la Ville est fautive, les résidents auront tous les droits de la poursuivre.

Ils seront fixés dans moins de deux semaines à cet égard.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *