Sans contrat de travail depuis 2011

Fonction publique de Pincourt

Échue depuis 2009, la convention collective qui liait la Ville de Pincourt à ses employés a été prolongée jusqu’en 2011. Depuis, c’est l’impasse. Les deux parties se tournent maintenant vers un conciliateur externe.

Du côté de la Ville comme du syndicat, on soutient l’avancement du dossier, mais aussi que les parties ont une attitude positive. Alors, comment expliquer l’absence de convention négociée depuis 2009?

Les clauses pécuniaires semblent être au cœur des négociations, à en croire Éric Richard, président du comité de négociation de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) pour les syndiqués de la Ville de Pincourt.

Même son de cloche du côté d’Hugo St-Pierre, directeur des ressources humaines, donc cadre non syndiqué. « Nous avons commencé à négocier dès l’automne 2011. De grands pans de la future convention collective ont été réglés, mais il existe toujours une mésentente sur certains aspects financiers », explique-t-il.

Au bout de plusieurs mois, toujours selon Hugo St-Pierre, les concessions mutuelles se sont raréfiées. Puis, récemment, la partie syndicale a refusé une offre de l’employeur. C’était l’impasse.

Solution : conciliation

À défaut d’en arriver à une entente négociée, les deux parties ont convenu de soumettre leur cas à un conciliateur du ministère du Travail. Pour Étienne Bergevin Byette, directeur général adjoint et greffier de la Ville de Pincourt, l’arrivée d’une tierce partie est positive. « Ce n’est jamais une mauvaise chose que de recevoir des observations de l’extérieur. Personne n’a la vérité absolue », déclare-t-il.

Des rencontres à trois sont donc prévues en avril. « Nous souhaitons tous en venir très prochainement à une entente qui satisfasse tout le monde », souligne Hugo St-Pierre.

Les employés syndiqués, quant à eux, ne prévoient aucun moyen de pression. « Ce n’est pas dans les plans. Nous désirons que la discussion demeure positive », conclut Éric Richard.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *