Règlement d’emprunt de 1,1 M$ à Coteau-du-Lac

Le maire de Coteau-du-Lac, Robert Sauvé, met de l’avant un projet visant l’acquisition d’un terrain sur la route 338. Par cette initiative, la Ville espère développer des logements sociaux et des services publics pour sa population.
Le maire de Coteau-du-Lac, Robert Sauvé, met de l’avant un projet visant l’acquisition d’un terrain sur la route 338. Par cette initiative, la Ville espère développer des logements sociaux et des services publics pour sa population.

Un projet qui ne fait pas l’unanimité

Le mardi 20 août dernier, la Ville de Coteau-du-Lac a tenu une soirée d’information sur l’acquisition d’un terrain destiné au développement de logements sociaux et de services publics.

Récemment, la Ville de Coteau-du-Lac a entamé les procédures d’adoption d’un règlement d’emprunt de 1,1 M$ pour l’acquisition d’un terrain situé sur la route 338. La Ville tient à acquérir ce terrain pour y développer des logements sociaux pour les ménages à revenu faible ou modeste et permettre l’implantation d’un nouveau centre de la petite enfance.

Actuellement, le terrain est occupé par la compagnie de transport Quality Carriers. La compagnie exploite en droits acquis ses activités de transport de produits chimiques dans une zone résidentielle. Elle ne peut augmenter ses activités, mais elle peut les poursuivre aussi longtemps qu’elle le désire et peut même vendre ses actifs à une autre compagnie de transport. Ses camions transportent des produits chimiques présentant des risques environnementaux importants et un danger public potentiel.

« Avec ces camions qui circulent dans une zone résidentielle à toute heure de la journée, les risques d’accrochage avec un véhicule sont élevés. La Ville de Coteau-du-Lac n’a aucun contrôle sur les produits transportés par la compagnie », exprime le directeur général de la Ville, Gilles Besner. Le maire de Coteau-du-Lac, Robert Sauvé, estime qu’il est très important d’éliminer cette menace le plus rapidement possible.

C’est ainsi qu’en mars dernier, la Ville de Coteau-du-Lac a mandaté la firme d’évaluateurs agréés Trudel, Montcalm et Ass. pour évaluer la valeur de l’ensemble du terrain et de l’établissement en place, laquelle s’élève à 1,3 M$.

Ainsi, la Ville souhaite acquérir le terrain au coût de 1,1 M$, un emprunt remboursé sur une période de 25 ans et dont le coût annuel de remboursement est estimé à 80 000 $. La Ville de Coteau-du-Lac s’engage également à décontaminer le terrain, si les études confirment que le sol est bel et bien contaminé. Quant à la compagnie Quality Carriers, elle assume la démolition du bâtiment déjà en place et la disposition des matériaux.

Outre les coûts assumés par la Ville, des subventions importantes, provenant notamment de la Société d’Habitation du Québec, aideront à réduire les montants du projet. Enfin, la Ville affirme qu’aucune hausse de taxe n’est prévue en raison de ce projet.

Création de logements

Le projet consiste en la construction de deux immeubles de 24 unités chacun et d’un CPE comptant 80 places.

Ce terrain se trouve au centre d’un développement immobilier en pleine expansion qui comptera plus de 400 unités de logement. Celles-ci seront construites dans les prochaines années et pourront accueillir près de 1000 habitants.

Par ce projet de résidences, la Ville espère créer des quartiers plus sécuritaires et plus calmes, densifier la zone urbaine et augmenter sa richesse foncière, entre autres. Coteau-du-Lac présentant un manque criant de logements à prix abordables, la Ville se donne pour responsabilité de combler cette carence.

Des citoyens mécontents

Plusieurs Coteaulacois ont manifesté leur désaccord avec ce projet lors de la soirée d’information. Le coteaulacois Guy Jasmin, comptable agréé, s’est basé sur les chiffres présentés par la Ville pour calculer les coûts du plan de construction. Il estime que le projet coûtera plus cher que prévu et que la Ville a mal informé ses citoyens.

Par ailleurs, la Ville invite les citoyens qui voudraient manifester leur désaccord avec le projet de développement de logements et de services publics à venir signer un registre à l’hôtel de ville le lundi 26 août, entre 9 h et 19 h.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *