Pont Monseigneur-Langlois: les travaux sont terminés

Lucie Charlebois voit la nouvelle configuration comme un atout au développement économique régional. Photo Christopher C. Jacques
Lucie Charlebois voit la nouvelle configuration comme un atout au développement économique régional. Photo Christopher C. Jacques

Transport – Après 13 ans de travaux et 70 millions de dollars en investissement, les travaux de réfection du pont Monseigneur-Langlois sont terminés. La fluidité des transports devrait être au rendez-vous.

Achevée en 1954, l’infrastructure était désuète, souligne Lucie Charlebois, députée de Soulanges et ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique. Avec une seule voie par direction, le pont était devenu infernal aux heures de pointe. « L’augmentation des populations dans Vaudreuil-Soulanges et dans la région de Beauharnois-Salaberry a aggravé le problème. On ne doit pas oublier non plus que l’usure du temps à fait son œuvre et le pont était mûr pour des travaux majeurs. Aucun travail d’envergure n’avait été fait depuis son inauguration », explique la ministre.

Les détails

Au fil des quatre phases de travaux complétés sur le pont, plusieurs ajouts et modifications ont été apportés. La principale est certainement l’ajout d’une voie par direction. Avec un total de quatre voies, la ministre Charlebois s’attend à plus de fluidité, surtout aux heures de pointe. Aussi, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a travaillé à l’ajout d’une bande centrale en béton et à l’aménagement d’un nouveau système d’éclairage. Le MTQ a réaménagé, de plus, les accotements et les bretelles d’entrée et de sortie du chemin du Fleuve à Coteau-du-Lac. Les travaux ont finalement compris la réfection de nombreuses composantes.

Fluidité

La fluidité du transport de personne et de marchandise semble être au cœur des préoccupations. Pour Lucie Charlebois, il ne fait nul doute que les réaménagements faciliteront le lien entre Salaberry-de-Valleyfield et l’autoroute 20. Reste à voir si cette nouvelle fluidité incitera plus de véhicules à emprunter le pont Monseigneur-Langlois plutôt que le pont de l’autoroute 30 qui comprend, rappelons-le, un péage.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *