Pôle logistique dans Vaudreuil-Soulanges : une décision logique incontournable

Parole aux lecteurs

Depuis quelques années, il se développe partout dans le monde ce qu’on appelle des pôles logistiques. Il s’agit d’emplacements géographiques, toujours situés le long des corridors de commerce, où il existe une concentration d’entreprises se spécialisant dans la transformation de produits, la distribution, le transport et, bien sûr, la logistique. Au Québec, toutes les études sérieuses effectuées depuis une dizaine d’années désignent en premier lieu la région de Vaudreuil-Soulanges comme étant le site idéal pour l’implantation d’un pôle logistique national.

Il suffit de regarder une carte du Québec pour constater les raisons pour lesquelles Vaudreuil-Soulanges est LE choix logique. Située au confluent de trois autoroutes majeures et traversée par deux chemins de fer nationaux, la région est aussi à un jet de pierre du futur terminal intermodal de la société ferroviaire américaine CSX qui donnera accès à plusieurs nouveaux marchés au sud de la frontière, et de l’aéroport Montréal-Trudeau. Malgré sa proximité avec la métropole, Vaudreuil-Soulanges est rarement affligée par les embouteillages quotidiens et endémiques qui touchent la grande région de Montréal. Plus important encore, la région de Vaudreuil-Soulanges voit passer sur son territoire 80 % des échanges commerciaux avec les principaux partenaires économiques du Québec que sont l’Ontario et les États-Unis. C’est donc dire que notre région est située directement sur le principal corridor de commerce du Québec.

Or, nous sommes aujourd’hui très inquiets en raison de l’adoption par le Conseil national du Parti québécois, en novembre dernier, d’une résolution recommandant au gouvernement d’implanter le futur pôle logistique dans la région de Contrecoeur. Cela nous apparaît comme une hérésie. Après un nombre incalculable d’études de toutes sortes et plus de 35 000 pages d’études recommandant Vaudreuil-Soulanges comme site d’implantation, voilà que le gouvernement pourrait aller dans une direction qui va à l’encontre de toute logique et qui pourrait, à la limite, être fortement dommageable pour l’essor économique du Québec.

Nous sommes conscients que le Port de Montréal envisage de poursuivre son développement dans cette région et nous n’avons rien contre cette décision. D’ailleurs, cette institution d’une importance capitale pour le Grand Montréal sera un partenaire incontournable du futur pôle logistique. Le gouvernement ne doit toutefois pas fonder sa décision uniquement sur le développement futur du Port à Contrecoeur. Il doit regarder le portrait d’ensemble et en venir à la conclusion que Vaudreuil-Soulanges est le seul choix raisonnable.

Plusieurs entreprises ont déjà décidé d’établir leurs centres de distribution dans la région de Cornwall, en Ontario, à moins de 60 kilomètres de notre région. L’ouverture de l’autoroute 30, en décembre 2012, les a convaincues de s’établir le long du corridor naturel de commerce Québec-Ontario, car il s’agit du meilleur endroit pour desservir l’est du pays. Les Walmart, Target et Pharmaprix de ce monde ont choisi l’Ontario aux dépens du Québec malgré un grand intérêt, en premier lieu, pour la région de Vaudreuil-Soulanges. Comme le Québec tarde à se décider, nous ne pouvons les blâmer. Il est toutefois ironique de constater que des investissements routiers effectués par le Québec ont contribué à la création de centaines d’emplois en Ontario.

À la veille d’une campagne électorale, le gouvernement du Québec doit impérativement prendre la décision d’implanter le pôle logistique dans la région de Vaudreuil-Soulanges. Cette décision doit faire fi de toute politique partisane et s’appuyer uniquement sur des données économiques vérifiables. Notre région est prête à aller de l’avant, et il ne manque qu’une dernière impulsion. Il faut toutefois espérer que la logique pourra l’emporter sur la politique.

Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion et président du CLD Vaudreuil-Soulanges.

Décision politique

Selon Karine Lechasseur, responsable aux communications au CLD Vaudreuil-Soulanges, les instances gouvernementales ont déjà été informées des doléances et des arguments des intervenants de la région concernant la mise en place d’un pôle logistique. « Nous sommes en attente d’une réponse et celle-ci dépendra de facteurs politiques », commente Karine Lechasseur. Rappelons, par ailleurs, que Vaudreuil-Soulanges fait partie de trois régions considérées pour le projet gouvernemental. Le CLD, comme les autres acteurs régionaux, compte aussi sur la mobilisation citoyenne afin que les différents ministères responsables du dossier entendent leur voix.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *