Pointe-des-Cascades perd sa directrice générale

Une fois de plus, Pointe-des-Cascades libère le siège de la direction générale. (Photothèque)
Une fois de plus, Pointe-des-Cascades libère le siège de la direction générale. (Photothèque)

Dimanche soir, lors d’une assemblée extraordinaire, le conseil municipal de Pointe-des-Cascades a annoncé la fin du contrat de sa directrice générale, Claire Blais.

Madame Blais est entrée en poste en décembre dernier, un poste auparavant occupé par Daniel Leduc depuis près d’un an. Depuis l’annonce de l’assemblée, laquelle avait pour titre Résolution/décision dans le dossier d’un employé, les citoyens se questionnent et discutent du congédiement sur les forums de discussions. Certains comparent la situation particulière au jour de la marmotte alors que d’autres décrivent le poste de direction générale de siège éjectable.

Selon le maire, Gilles Santerre, l’explication est fort simple : « le lien de confiance avec les élus a été rompu, dans les deux sens », indique-t-il.

Il ajoute que madame Blais était en période de probation. Rappelons que Claire Blais a été l’une des victimes d’une série de congédiements à Coteau-du-Lac en mai 2014.

La municipalité de Pointe-des-Cascades est donc activement à la recherche d’un directeur général ou d’une directrice générale par intérim.

Des citoyens inquiets

Parmi les quelque 20 citoyens présents à l’assemblée, l’un d’entre eux, qui souhaite garder l’anonymat, déplore le manque de communication et de transparence au sein de sa municipalité.

« C’est la cinquième DG depuis 2012. Ça nous inquiète beaucoup. On se demande pourquoi le conseil est incapable de faire confiance aux DG en place », explique-t-il.

D’ailleurs, on n’a pu répondre à cette question dimanche, puisque le conseiller Carl Giguère aurait proposé la fin de l’assemblée à 19 h 16, selon le citoyen, seize minutes après le début de la rencontre. Pour ce citoyen, il s’agit d’une décision majeure, et les Pointecascadiens n’ont pas obtenu suffisamment d’explications.

Même la principale intéressée aurait appris la tenue de cette assemblée par un citoyen. Elle était donc sur place dimanche soir. Du côté des conseillers, la source précise que France Payer a tenu à se dissocier de la décision de licenciement. Celle-ci n’aurait pas été consultée et a souligné lors de l’assemblée que madame Blais n’aurait pas eu l’évaluation de l’employé qui justifierait son renvoi.

Ainsi, selon le citoyen engagé, cet événement n’est pas sans rappeler le départ du directeur général précédant, Daniel Leduc, dont les raisons du départ seraient toujours vagues. « C’est clair qu’il y a anguille sous roche », indique-t-il.

Isabelle Poirier, ancienne conseillère et adjointe DG renchérit en ce sens : « Cette instabilité est vraiment inquiétante. Ça sclérose la municipalité. Qui fait le travail? Les dossiers majeurs ne sont pas traités et n’avancent pas ». Celle-ci ajoute que le climat malsain et le manque de communication au sein de la municipalité se font sentir. Les citoyens perdent confiance. Selon madame Poirier, Pointe-des-Cascades se rapproche de la prise en tutelle par le MAMOT (Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire).

Par ailleurs, les citoyens seront tenus informés lors de l’embauche d’une nouvelle personne. Bien que les informations soient diffusées sur les babillards devant l’hôtel de ville et du centre communautaire, les Pointecascadiens peuvent également obtenir des renseignements sur la page Facebook du groupe Pointe-des-Cascades.

 

 

 

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *