Plongeon dans l’univers de Normand Piché

Normand Piché s’est préparé autant mentalement que physiquement pour réussir son périple. Il aime bien dire que l’aventure a avancé «un coup de bras à la fois». Photo: FACEBOOK

Normand Piché,  le premier Américain à avoir rejoint les cinq continents à la nage, a tenu sa première conférence au grand public au Théâtre Gésu mardi passé. L’assoiffé d’aventures, originaire de Salaberry-de- Valleyfield, a inspiré plus de 200 convives lors de cette présentation, sans compter les jeunes qu’il a marqués lors de son passage dans les écoles.

L’adepte de nage en eau libre a les idées claires comme de l’eau de roche à la suite de son retour ; inspirer les petits comme les grands est sa mission. « Je veux inciter les gens à se dépasser, à poursuivre leurs rêves, raconte-t-il. Peu importe nos conditions physiques ou mentales, on détient des compétences illimitées.»

Un tsunami d’idées

Pour encourager les gens, l’aventurier de 45 ans ne se limite pas à des conférences. Un documentaire sur le périple est en cours de montage et l’encre de Normand Piché coule, car d’ici deux ans, il souhaite publier un livre. « Je prends mon temps pour l’écrire. Je veux être sûr de bien faire vivre les moments aux lecteurs, de bien les faire comprendre », a-t-il assuré.

Outre inspirer les Québécois, le nageur a déjà d’autres projets qui submergent son imagination. Après avoir réalisé son projet O 5, il souhaite continuer sur sa lancée avec O 8. Le nouveau défi consiste à traverser huit cours d’eau, mais pas n’importe quels, les plus durs au monde. Pour en nommer quelques-uns, le English Channel, reliant l’Irlande à l’Angleterre, et le Cook Strait, qui sépare l’île du Nord et l’île du Sud en Nouvelle-Zélande.

L’idée de traverser l’Atlantique trotte également dans son esprit. Joindre l’Amérique à l’Europe prendrait environ trois mois, en nageant entre huit et dix heures par jour, un défi qui ne le fait pas broncher. « Ça ne fait pas juste me tenter, je vais le faire. Je suis rendu un junky d’eau libre et de défis », a-t-il fait part, en avouant que ses futurs projets affluaient dans sa tête avant même d’avoir terminé O 5.

Un océan de motivation

Pour rejoindre cinq continents à la nage, il faut une motivation, quelque chose dont Normand Piché ne manque pas. « Je pourrais passer ma journée à énumérer des motivations qui m’ont poussées à me dépasser et à réaliser ce projet », reconnaît-il. Outre voir ce qu’il avait dans les tripes, il désirait transformer un rêve individuel en rêve collectif. Il se disait qu’en s’épanouissant lui-même, il serait ensuite en mesure d’aider les autres à se compléter.

Même s’il a caché son projet aux membres de sa famille pendant quelques mois, il ne s’inquiétait pas de l’ouverture d’esprit de celle-ci. Une fois annoncé, les encouragements ont fusé de toutes parts. « Ils savaient à quel point c’était important pour moi. Ma famille me soutenait », a-t-il admis en racontant qu’avoir des rêves est une valeur familiale, car selon eux,  du moment que tu as foi, tout est possible. Seule sa fille a été avertie dès le départ, car l’aventurier souhaitait lui servir d’exemple de détermination en s’entraînant six jours par semaine, parfois  même deux fois par jour.

Durant tout son voyage, une petite bouée le suivait. Une bouée dans laquelle se trouvait une centaine de rêves, un geste qui a autant touché l’auteur que les rêveurs. « J’ai fait voyager environ 100 rêves, ça comptait pour moi de leur faire traverser les cinq continents. »

Après avoir relié les Amériques à l’Asie, l’Asie à l’Océanie, l’Afrique et l’Europe, Normand Piché veut évoquer un message d’union entre les différentes cultures. « Nos différences sont nos plus belles richesses collectives », a-t-il fait savoir, évidemment marqué par les différents pays qu’il a visités.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre