Peter Schiefke entend les citoyens à propos du cannabis

Joël Lightbound, secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé du Canada et le député de Vaudreuil-Soulanges à la Chambre des Communes, Peter Schiefke, ont répondu aux questions de citoyens concernant la légalisation du cannabis le 22 août dernier. Photo Stéphane Fortier

Le 22 août dernier, le député de Vaudreuil-Soulanges à la Chambre des Communes, Peter Schiefke, invitait la population de la circonscription, à émettre leur opinion et poser des questions concernant le projet de loi visant à décriminaliser le cannabis.

Cette rencontre, qui se déroulait à l’Opti-Centre de Vaudreuil-Dorion, a su intéresser des citoyens provenant de plusieurs municipalités de la région. Le député a amorcé la rencontre en rappelant pourquoi il était nécessaire de légiférer, réglementer et restreindre l’accès au cannabis (ou marijuana).  « Le système actuel, (la prohibition) du cannabis ne fonctionne tout simplement pas. On dépense plusieurs millions par année pour s’assurer que le cannabis ne fasse pas trop de ravage, notamment auprès des jeunes et aussi, il représente un fardeau pour le système judiciaire à cause des crimes reliés à la culture, la vente, la possession et la consommation de marijuana. Et n’oublions jamais que ce produit, vendu notamment par le crime organisé, peut être rendu encore plus nocif par différents produits tel le PCP, a expliqué Peter Schiefke, d’entrée de jeu. Nous avions ainsi deux choix comme gouvernement. Ne rien faire ou… peut-on faire mieux ? », a-t-il fait remarquer.

Le député était accompagné, lors de cette soirée, de Joël  Lightbound, secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé du Canada,  Jane Philpott. Ce dernier a expliqué en long et en large tous les détails et enjeux des projets de loi C-45 et C-46. « Les jeunes au Canada comptent parmi les plus grands consommateurs de cannabis au monde. On parle de 22 % des 15 à 19 ans, 30 % des 20 à 24 ans et 12 % chez les mineurs. Pour les jeunes d’ici, il est plus facile de se procurer de la marijuana que du tabac, car le marché illégal est vaste et bien établi », relève Joël  Lightbound.

Pour lui, il est clair qu’il fallait dès le départ évincer le crime organisé de l’équation. « Il était important de permettre un accès réglementé du cannabis tout en réduisant les dangers pour la santé publique », a-t-il assuré puisque le principe majeur en sera une de précaution.

La consommation avant l’âge de 18 ans sera interdite et celui qui vendra légalement ou non du cannabis à un mineur sera passible d’une peine de 14 ans de prison.

Période de questions

L’objectif premier de Peter Schiefke, en organisant cette rencontre, était de laisser la chance à la population de s’exprimer, de poser des questions.

Ainsi plusieurs personnes ont défilé, après la courte présentation de Joël  Lightbound pour s’adresser aux deux animateurs. Des questions relatives aux facultés affaiblies au volant, suite à la consommation de cannabis, aux conséquences de la consommation sur la santé, ont notamment fait l’objet de réflexion. À ce sujet, Joël  Lightbound a rappelé que la démarche du gouvernement s’accompagnera de campagnes de sensibilisation à travers le pays.

D’autres citoyens ont relevé la question de la consommation dans les immeubles à condos et logements, celle de l’effet de la fumée secondaire, celle des permis pour vendre du cannabis, qui ne peut-être qu’octroyé par Santé Canada, soit dit en passant, de même que le prix de la consommation du cannabis légal et celui du cannabis illégal. La quantité maximale de plans cultivable par individu a aussi été abordée.

En fin de rencontre, Peter Schiefke a invité les citoyens à suivre la progression du dossier relatif au projet de loi via sa page Facebook.

Rappelons que le projet de loi a été déposé en avril 2017 et devrait être adopté d’ici juillet 2018.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *