Pascal Grenier, un bel exemple du don de soi

Pascal Grenier loirs de son 100e don. Photothèque

Le 16 octobre prochain, un Pincourtois, Pascal Grenier, sera honoré à titre de donneur de sang émérite.

En effet, on parle d’un exemple à suivre en matière de don de soi puisque tout récemment, il effectuait son 102e don. Et depuis 2009, Pascal Grenier fait des triples dons, incluant plaquettes et plasma.

Comme Pascal a un sang de type AB +, le deuxième groupe le plus rare après le AB -, ses dons sont d’autant plus appréciés.

« J’ai commencé à 18 ans à donner du sang. J’ai été sensibilisé dès le début et cela, même si dans ma famille et mon entourage, personne n’avait connu un chapitre de sa vie où le besoin d’une transfusion s’est fait sentir. Pour mes 40 ans, je souhaitais atteindre mon 100e don », mentionne Pascal Grenier.

Ce dernier est un donneur plus que régulier. S’il faut attendre 56 jours entre deux dons de sang, il ne suffit que de deux semaines pour les plaquettes et le plasma. « Pendant un an, j’ai fait une quinzaine de dons. Je me rends au centre Globule à Laval. Cela me permet de donner plus régulièrement », nous dit Pascal Grenier.

Faire preuve d’altruisme

Pour Pascal Grenier, il est important de penser à ceux qui ont besoin de sang, que ce soit pour une urgence ou pour préserver la santé d’une personne malade. « Je crois qu’il est important de faire preuve d’altruisme, de faire un don de soi. Pour moi, c’est un devoir de s’aider entre humains », croit-il.

Faire un don de sang, ne prend pas beaucoup de temps et ces quelques gouttes contribuent à sauver plusieurs vies. Bien sûr, faire un don de plaquettes prend un peu plus de temps. « Auparavant, il en prenait 89 minutes pour faire ce genre de dons, mais maintenant, cela ne prend que 52 minutes », précise Pascal Grenier qui ajoute qu’il y a de grands besoins pour les plaquettes et le plasma

Sensibilisation

Le 16 octobre prochain, des donneurs, ayant atteint le chiffre magique de 100 dons, seront honorés à Montréal à l’occasion d’un souper protocolaire où des gens, qui ont bénéficié de dons de sang, de plaquettes et de plasma, témoigneront de l’importance de prendre un peu de temps pour donner. « Ce n’est pas un gros effort. En fait, cela prend zéro effort. Il n’y a rien à débourser, seulement un peu de temps à donner », insiste Pascal Grenier qui se fait un devoir de toujours faire la promotion du don de sang. « Je n’hésite pas à en parler et j’en suis fier », de conclure le donneur.

Rappelons qu’en 2015-2016, selon des données d’Héma-Québec, sur 6 646 854 en âge de donner, seulement 140 454 ont fait un don soit, 2,11 %.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *