Pas toujours facile de former un nouveau conseil municipal

Pas question de raser des boisés à Saint-Lazare avec un plan de conservation qui fonctionne bien, au dire du maire de Saint-Lazare Robert Grimaudo. Photo Stéphane Fortier

Depuis l’élection du 5 novembre dernier, plusieurs nouveaux élus ont fait leur apparition au sein des divers conseils municipaux, la plupart n’ayant pas vraiment d’expérience politique.

Aux dires du maire de Saint-Lazare Robert Grimaudo, avec cinq nouveaux membres élus, l’apprentissage de citoyens à conseillers municipaux, c’est quelque chose. « C’est un conseil municipal qui est encore en train d’apprendre à travailler ensemble. Il y a de nouveaux défis à relever et celui-là en est un, avoue le maire de Saint-Lazare. Nous ne sommes pas toujours d’accord, mais on apprend à travailler ensemble. Tout le monde autour de la table est indépendant, il n’y a pas de ligne de parti à suivre, mais cependant tous ont un district à s’occuper », rappelle-t-il.

Robert Grimaudo est conscient qu’il a un rôle de leader à jouer. « Mon travail est d’être rassembleur. Être un leader, c’est accepter les gens comme ils sont avec leurs faiblesses et leurs forces et prendre avantage de ces forces pour le bien commun. Il faut prendre conscience de l’importance des décisions que l’on prend. Elles ont un impact sur le futur. On prend des décisions pour nos enfants, nos petits-enfants », affirme le maire.

Gros dossiers réglés

Pour le maire de Saint-Lazare, rien n’est jamais parfait en ce bas monde, mais il se dit heureux que la plupart des gros dossiers soient réglés. « On a une nouvelle caserne, probablement la meilleure infrastructure du genre de la région, mais il restait à optimiser les services de sécurité avec Rigaud. Ainsi, notre directeur, Daniel Boyer, fait le travail de direction pour les deux services de sécurité incendie. C’est un genre de projet pilote pour un an. Comment optimiser nos deux services? En combinant et partageant nos spécialités, nos expertises. Rigaud est spécialisé en sauvetage nautique et en intervention en espace clôt, et nous en bariatrique. Au bout d’une année, un rapport sera établi sur ce partage des expertises », énonce Robert Grimaudo.

Il va sans dire que le maire de Saint-Lazare est au courant du débat qui entoure la disparition des boisés de Pincourt et de L’Île-Perrot au profit d’un développement domiciliaire. « Ici, nous avons un plan de conservation qui ne permettrait pas le même genre de situations. Nous avons changé la donne avec la CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) et le PMAD (Plan métropolitain d’aménagement et de développement). On a choisi notre bataille et ici, c’est l’environnement et la protection de nos milieux humides. On a réussi à avoir un plan de concordance avec le PMAD. Nous sommes la seule ville qui a un tel plan pour garder notre ville verte », explique-t-il.

Que veulent les Lazarois?

Récemment, la Ville de Saint-Lazare a commandé un sondage auprès d’une firme spécialisée afin de consulter les Lazarois sur les enjeux débattus au cours de derniers mois. On parle notamment du noyau villageois, du carrefour giratoire, du Festival Saint-Lazare au galop et d’habitations à loyers modiques. « Vous savez, lorsqu’on regarde les réseaux sociaux, ce sont toujours les mêmes personnes qui s’opposent. Nous attendons beaucoup de ce sondage. Il va nous guider dans nos futures décisions », mentionne-t-il.

Ce dernier rend aussi hommage au personnel de la Ville. « On a une équipe solide à l’hôtel de ville, mais il faut être conscient que nous, les élus, ne faisons que passer contrairement au personnel », fait remarquer Robert Grimaudo.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
En savoir plus
PUBLICITÉ