Pas de nazis à Pointe-des-Cascades

L’ancre arborant la fameuse croix gammée. Photothèque

Le 17 août dernier, un homme, Corey Fleischer, a été arrêté à Pointe-des-Cascades pour méfaits.

Il aurait, selon des témoins, tenté d’effacer une croix gammée inscrite sur une ancre de bateau du parc des Ancres.  « C’est vraiment ahurissant, cette histoire », mentionne Olivier Doyle, joint au téléphone pour commenter l’événement. Selon celui qui est conseiller municipal à Point-des-Cascades, le suspect était convaincu que la Municipalité faisait l’apologie du nazisme. « Je ne pensais jamais que l’on vivrait ça ici, dans notre petit patelin tranquille de Pointe-des-Cascades », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Cette croix gammée était apparente depuis 25 ans, toujours selon Olivier Doyle. Pour lui cette ancre représente une mémoire collective à l’effet que l’humain est capable des pires atrocités qui soient. « Lorsque mon fils sera plus vieux, je veux qu’il voie et qu’il comprenne que l’on a réellement été en guerre avec une idéologie de la sorte, qu’elle a réellement existé », indique Olivier Doyle.

Les policiers ont reçu l’appel vers 19 h et à l’arrivée de ces derniers, le suspect était toujours sur les lieux et ils ont procédé à son arrestation. Il comparaîtra ultérieurement sous des accusations de méfaits.

Évidemment, personne, à Pointe-des-Cascades, n’est un adepte du nazisme.

Mise en portefeuille sur la 20 Est

Par ailleurs, à 6 h 45, vendredi le 18 août dernier, l’autoroute a été fermée pendant plusieurs heures, à la hauteur de Rivière-Beaudette,  en raison d’un camion remorque qui a effectué une mise en portefeuille. Le camion aurait heurté le viaduc à la hauteur de la route 325. Le conducteur du camion a été blessé gravement et conduit à l’hôpital. Aucun autre véhicule n’a été impliqué dans cet accident. Les reconstitutionnalistes de la Sureté du Québec se sont rendus sur place afin d’enquêter sur les circonstances de cet événement.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Norman

    Je ne crois pas que le parc des ancres fasse l’apologie du nazisme, pas plus que par exemple le musée de la guerre canadien à Ottawa, fasse l’apologie de ce conflit. Ces signes et ces épitaphes de qui ont été témoins de ce qui représentait une idéologie et une nation entrée en guerre contre le Commonwealth Britannique et ses alliés, ne représente rien, que sinon un souvenir marquant, et représentant la conquête et la victoire devant le nazisme. Ce n’est pas la marque du nazisme qui important, mais la mémoire de sa défaite qui doit être honoré.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *