On saura tout sur l’origine des GES dans Vaudreuil-Soulanges

Lorraine Simard, chef du projet, a expliqué le processus de la grande enquête permettant de faire l’inventaire des GES dans Vaudreuil-Soulanges. Photo Stéphane Fortier

En novembre prochain, la MRC de Vaudreuil-Soulanges, de concert avec l’organisme Comité 21 sera en mesure de publier un rapport faisant l’inventaire des gaz à effet de serre (GES) dans la région.

En effet, le 8 juin dernier, la MRC a annoncé son projet d’inventaire des GES. C’est le préfet de la MRC, Jean Lalonde qui divulguait la nouvelle, entouré qu’il était de ses collègues maires, de Chantal Lemieux, directrice générale de la Ville de Rigaud, l’une des pionnières du projet et de Lorraine Simard de Comité 21, chef du projet.   « Ce projet ambitieux vise à réaliser un inventaire corporatif et collectif des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle régionale avec les 23 municipalités afin de cibler des actions qui permettront d’avoir un véritable impact positif sur la diminution des GES de la région. Le projet permet de joindre les efforts nationaux et internationaux en référence aux objectifs du Gouvernement du Québec et en ligne avec l’Accord de Paris sur le climat, a d’abord souligné Jean Lalonde également maire de Très-Saint-Rédempteur.  Pour réaliser ce projet complexe et ambitieux, la MRC de Vaudreuil-Soulanges y a investi la somme de 91 700 $. De ce montant, 53 200 $ a été remis au Comité 21 qui est responsable de la collecte des données sur le terrain et 38 500 $ a été confié à la firme Enviro-Accès qui est chargée du volet scientifique et de la validation de la méthodologie », de poursuivre le préfet.

« Ce projet est unique au niveau de la concertation régionale, il permettra d’obtenir une vision d’ensemble de notre territoire et d’améliorer la prise de décisions pour les années futures», a mentionné, pour sa part Chantal Lemieux.

Une première pour une grande MRC

Lorraine Simard a présenté de long en large le processus de cette enquête qui mènera finalement à des recommandations pour évaluer et corriger les situations qui mènent à  la production de GES. « Partager une vision de développement durable sur les gaz à effet de serre entre les 23 municipalités, les entreprises et le secteur agricole est une première au Québec! Le projet va permettre aussi de créer des synergies entre les acteurs et trouver, ensemble, des solutions novatrices pour le climat », a déclaré Lorraine Simard.

Les municipalités de Rigaud, Saint-Polycarpe et Saint-Zotique seront d’abord évaluées. Les autres suivront.  Une trentaine de fermes et autant d’entreprises serviront d’échantillons pour mesurer les données et dresser  le portrait sur l’émission réelle des GES sur le territoire de Vaudreuil-Soulanges. Ce portrait est le point d’ancrage pour identifier les enjeux et les opportunités sociaux et économiques. L’objectif ultime vise à identifier des projets structurants qui permettront de relever les défis environnementaux et générer des impacts socio-économiques importants. Ces impacts potentiels par exemple découleront de l’implantation d’initiative sur le changement de comportement dans la gestion des matières résiduelles, d’équipements performants, novateurs ou mieux adaptés aux besoins locaux et régionaux qui permettront de réduire la consommation énergétique et les dépenses qui y sont associées ou même produire localement des énergies renouvelables (i.e. géothermie, solaire thermique, solaire photovoltaïque, réseau de chaleur biomasse, etc.).

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *