Nouveaux renseignements sur la tarification

Stationnement du 3031, boulevard de la Gare

Les intervenants dans le dossier de la tarification dans le stationnement du nouveau Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Vaudreuil-Soulanges n’ont pas fini de se faire entendre. Le syndicat et l’organisme se relancent.

Rappelons que le CSSS a informé ses employés récemment de la mise en place d’une politique de tarification pour le stationnement de l’édifice du 3031, boulevard de la Gare à Vaudreuil-Dorion. Les responsables affirment devoir se plier à une directive ministérielle émise en 2007 pour le bâtiment où le CSSS sera l’unique locataire.

Une source syndicale locale se dit déçue de la décision de son employeur. Selon elle, le CSSS de Vaudreuil-Soulanges n’a pas exploré d’autres pistes de solution que la tarification. « La directive a été émise en 2007. Pourquoi décide-t-on de s’y plier maintenant? D’autres CSSS ont fait preuve de créativité et ils en sont venus à des ententes avec les Villes pour assurer un stationnement gratuit pour tous », argue l’intervenante qui désire conserver son anonymat.

De plus, cette dernière s’indigne de voir que la tarification s’étend à tous : usagers et employés. « La nouvelle politique force les usagers qui arrivent en automobile à payer au minimum 4 $ même si leur visite ne dure que quelques minutes, comme pour un prélèvement. Aussi, on ne nous a pas parlé d’une modulation ou d’un tarif différent pour les employés. Certains ont besoin de leur voiture dans le cadre de leur travail. C’est injuste de les facturer », conclut l’employée du CSSS.

Des faussetés selon le CSSS

Contactée à ce sujet, l’agente d’information du CSSS de Vaudreuil-Soulanges Marianne Montpellier affirme que la réalité est tout autre. « Dans le cadre de communications internes, les employés ont été informés que la tarification serait modulée pour eux. Le CSSS s’est assuré de trouver le meilleur coût possible pour les salariés, les usagers et les visiteurs. Une tarification spécifique s’appliquera aux employés, qui paieront un peu moins de 1 $ par jour. De plus, pour les employés qui désirent covoiturer, des clauses à cet effet ont été prévues dans la politique afin de permettre le partage de la tarification. Des démarches ont été faites avec le Conseil Intermunicipal de Transport (CIT) La Presqu’Île pour s’assurer que le nouveau site du CLSC serait servi par les transports en commun », explique la porte-parole. Elle souligne, de plus, que les visiteurs de courte durée pourront garer leur voiture dans une zone de débarcadère, n’ayant pas ainsi à payer le péage de stationnement.

Sur le délai de conformité à la directive ministérielle, elle réitère que le CSSS a attendu le regroupement de ses baux. Plus précisément, l’institution loge ses bureaux dans des édifices où d’autres commerces ont élu domicile. Il est donc complexe, toujours selon Marianne Montpellier, d’y instaurer une tarification en conformité avec la demande du ministère. Or, cette contrainte n’existera pas pour l’édifice du 3031 où seul le CSSS se trouvera. « Il devient possible de se conformer à la directive ministérielle, même si le CSSS reste locataire », complète Marianne Montpellier.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ