NDÎP : une nouvelle infrastructure

 La mairesse Marie-Claude Nichols et des membres du conseil municipal ont coupé le traditionnel ruban pour inaugurer le parachèvement de la rue Forest.
La mairesse Marie-Claude Nichols et des membres du conseil municipal ont coupé le traditionnel ruban pour inaugurer le parachèvement de la rue Forest.

La rue Forest inaugurée

Les résidents de l’île ont, ces derniers mois, emprunté la rue Forest alors qu’elle n’était pas tout à fait terminée. Cette mesure temporaire cède le pas à une toute nouvelle infrastructure.

C’est avec beaucoup de fierté que la mairesse de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Marie-Claude Nichols, a inauguré la rue Forest qui fait la liaison avec Pincourt. Rappelons que cette rue existait depuis de nombreuses années, mais que la jonction entre les tronçons perrotdamois et pincourtois n’avait pas été terminée.

« C’est une collaboration historique entre les deux villes. Ce dossier a longtemps été sujet de litige », a expliqué l’élue perrotdamoise.

Le projet, aux dires des responsables, n’a pas été de tout repos. En fait, il faisait l’objet d’une promesse électorale formulée par la mairesse dans le cadre de sa campagne de 2013. Il s’agissait, ainsi, du premier projet de cette envergure pour le conseil en place. « Ça a été plus compliqué que prévu », reconnaît la mairesse. L’entreprise chargée du parachèvement a eu, selon elle, quelques surprises lors des travaux. « Les travailleurs, précise-t-elle, ont dû faire plus de dynamitage que ce qu’ils croyaient en raison de la nature du sol. »

Ainsi, le coût total de ce projet a été un peu gonflé et il atteindrait, selon les responsables, environ 1,2 million de dollars. L’échéancier a aussi été repoussé.

Terminée, la rue Forest permettra un désengorgement du boulevard Don-Quichotte, très sollicité aux différentes heures de pointe. Selon la mairesse, il permettra aussi une plus grande fluidité des transports entre les deux villes concernées, mais aussi en général sur l’île Perrot. « Des effets sur la circulation du matin se font déjà sentir », soutient Marie-Claude Nichols.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *